Le PDC à la reconquête d’un deuxième siège au Gouvernement

Martial Courtet et Stéphane Babey. Le PDC Jura a arrêté sa stratégie en vue des élections cantonales de cet automne. Au bénéfice d’une solide expérience en tant que Chefs de plusieurs exécutifs, et cela à différents échelons politiques, les deux candidats auront pour mission de replacer cet automne deux ministres démocrate-chrétiens au Gouvernement jurassien. Le PDC Jura présentera à leurs côtés des listes fortes pour le Parlement ainsi qu’un programme axé autour de 15 propositions concrètes que ses élues et élus devront mettre en œuvre durant la prochaine législature.

L’actuel Président de l’Exécutif jurassien accompagné du Maire de la commune d’Alle, également Président du Syndicat intercommunal du district de Porrentruy : le PDC soumettra un ticket à deux le 6 juillet prochain à ses militantes et militants. Le PDC Jura se réjouit de pouvoir compter sur deux candidats de grande valeur, engagés et expérimentés.

Tout au long de son premier mandat, et plus particulièrement ces derniers mois, Martial Courtet a démontré ses capacités dans l’exercice des plus hautes fonctions de l’Etat jurassien. Chef du département de la formation, de la culture et des sports, il a mené à bien la réorganisation du Service de l’enseignement et la fusion du Service de la formation post obligatoire. En 2020, il aura su conjuguer gestion de son département, intérim à celui des finances ainsi que la Présidence du Gouvernement dans le contexte de la crise sanitaire. 

A ses côtés, Stéphane Babey fait valoir sur le plan politique un double mandat aux importantes responsabilités. Au niveau communal, l’Ajoulot a réalisé bon nombre de projets (rénovation de l’école du village, déménagement de l’administration communale, protection des crues des rivières, plateforme ferroviaire de transbordement, modernisation et pérennisation de la ligne CJ en Ajoie). En tant que Président du SIDP, Stéphane Babey a notamment porté avec succès dans les urnes le dossier des nouvelles patinoires de Porrentruy et travaillé activement au Plan directeur régional du district. 

Pour ces élections cantonales, le PDC Jura s’est doté d’un programme résolument concret. Muni de 15 propositions, véritable fil rouge de sa politique, ce programme servira de référentiel au groupe parlementaire démocrate-chrétien tout au long de la législature 2020-2025. Aide aux commerces et aux entreprises touchés par la crise Covid, soutien aux familles, réorganisation institutionnelle, mesures fortes en matière environnementales et de mobilité, la liste complète et détaillée de ces actions sera dévoilée lors du congrès du 6 juillet, puis à la population jurassienne dans le cadre d’une tournée qu’organiseront ses candidates et candidats au Parlement.

PDC JURA

COVID-19 – Le message de François Monin, Président des JDC Jura

Chères sympathisantes, chers sympathisants,

8 semaines. Cette durée est celle qui nous sépare des annonces fortes du Conseil Fédéral déballées lors d’une conférence de presse qui fera date dans l’histoire helvétique. Jamais notre génération, celle de nos parents, ni même de nos grands-parents n’avaient vécu de tels chamboulements.

Nos libertés fondamentales ont été restreintes au sens physique du terme. Liberté de se déplacer. Liberté de se rencontrer. Liberté de débattre. Liberté d’exercer nos activités respectives. Autant de choix que nous faisions tous les jours et qui ont été mis à mal durant cette crise. A nous d’apprécier ses choix à leur juste valeur lorsqu’ils nous seront à nouveau partiellement autorisés. Rousseau ne disait-il pas d’ailleurs que « La liberté consiste moins à faire sa volonté qu’à ne pas être soumis à celle d’autrui. ».

Ce lundi marquera une étape importante vers le retour à la normalité, normalité tout du moins bien différente de celle que nous connaissions avant cette crise. A nous d’être patient, la situation devrait encore durer. Mettons de côté les épidémiologistes autoproclamés sur les réseaux sociaux, la pensée court-termiste, les provisions de masse centro-centrées, les fausses nouvelles et les théories du complot.

Séparés par 2 mètres ou plus, cette période nous a permis de nous recentrer sur l’essentiel. La solidarité émanant des nombreux projets réalisés me donne foi en notre humanité. Initiatives privées ou solutions étatiques, le Jura peut être fier des Femmes et des Hommes qui l’habitent. La prise de conscience de notre responsabilité individuelle face à nos proches, et face au reste de la société, dénote une sagesse que nous avions parfois tendance à délaisser.

Pragmatisme, ou plus communément débrouillardise, efficience, nous pourrions ajouter de nombreuses caractéristiques définissant le génie helvétique pour nous mener à bon port durant cette crise. Nos autorités ont joué là un rôle indéniable, délaissant parfois les clivages politiques à quelques grincheux, nostalgiques des grands tiraillements. La place donnée aux extrêmes dans les médias a été réduite. L’information est devenue plus factuelle.

La Suisse et le Jura ont avancé politiquement. Les mesures prises par le conseil fédéral n’ont été que peu remises en question par les parlementaires, si ce n’est une générosité supplémentaire envers les familles de ce pays.

Les décisions prises l’ont été au centre. Capables de majorité, la gestion de crise des instances gouvernantes a fait fi de la politique du symbole pour être efficace. Souvent quémandées mais trop peu réalisées, des solutions simples, centristes nous permettront lundi de repartir du bon pied. Cette crise laissera néanmoins des traces. Indéniable, il faudra demain panser les plaies des indépendants, des salariés et de toutes celles et ceux qui seront encore touchés par la période que nous vivons.

Cependant, aujourd’hui, 8 semaines plus tard, je suis rempli d’espoir. La politique se fait au centre. Responsables et solidaires, à nous de continuer sur cette lancée pour imposer notre vision, nos valeurs partagées par une majorité population. Vive le PDC. Vive les JDC. Vive le Jura.
 

François Monin, Président des JDC Jura

Horaires de travail du Bureau des personnes morales pendant la crise du COVID-19

Le groupe parlementaire PDC-JDC a pris connaissance avec le plus grand étonnement des différentes prises de position du Gouvernement dans les médias suite au dépôt de la question écrite du député Stéphane Theurillat concernant le mode de fonctionnement du Bureau des personnes morales pendant la crise du COVID-19.

Le groupe PDC-JDC constate que les informations données par le Gouvernement ne seraient pas conformes à la réalité selon les très nombreux éléments portés à sa connaissance. Il apparaît comme certain que la hiérarchie du Service des contributions avait bel et bien connaissance des horaires spéciaux des employés concernés et les a même validés. Par ailleurs, le nombre de personnes concernées par cette directive est également supérieur aux quelques cas relatés par le Gouvernement. Au vu de la communication faite par la ministre des Finances, les employés du Bureau des personnes morales sont mis devant un grave conflit de loyauté, ce que le PDC-JDC ne peut accepter.

En conséquence, pour que toute la lumière soit faite dans cette affaire le plus rapidement possible, mais également pour établir les responsabilités, tant des mesures prises que des fausses informations transmises à la presse et ainsi permettre aux employés de ce service de pouvoir retrouver la confiance dans leur hiérarchie, le groupe PDC-JDC a décidé d’intervenir lors de la prochaine commission de gestion et des finances afin de lui demander de mandater dans les meilleurs délais le Contrôle cantonal des finances pour réaliser un audit relatif à cette affaire.

PARTI DEMOCRATE-CHRETIEN DU JURA

Crise Covid-19 : les engagements du PDC-JDC

Dividendes de la BCJ en faveur de la RCJU, convocation d’une tripartite, bons à défiscaliser et abonnements de transports à prolonger, soutien à la presse, valorisation du télétravail, coordination du bénévolat au niveau cantonal. Par lettres au Gouvernement cantonal ou par l’intermédiaire d’interventions parlementaires, le PDC-JDC Jura lance une série de propositions qui doit contribuer à lutter contre la pandémie, aider la population jurassienne à surmonter la crise et penser le futur de notre société.

La fin progressive du confinement annoncée jeudi par le Conseil fédéral marque un tournant. Dès à présent, il est fondamental de penser l’après-crise. A celle sanitaire va en effet succéder une crise économique aux conséquences difficilement mesurables. Si l’on veut garantir les emplois, le versement des salaires et le maintien de nos structures régionales, des aides financières importantes sont nécessaires.

Dans ce cadre, le PDC-JDC demande que la BCJ renonce exceptionnellement à verser ses 5,5 millions de dividendes, tel que prévu dans son rapport annuel, et de tenir ce montant à disposition de la RCJU. Objectif : offrir une aide à fonds perdus pour les entreprises, indépendants, petits commerces et autres entités dans le besoin. Le groupe parlementaire démocrate-chrétien adressera une demande aujourd’hui au Gouvernement, lui demandant de faire valoir en ce sens son droit d’actionnaire majoritaire d’ici au 24 avril prochain.

En parallèle à cette mesure, le PDC propose à l’exécutif de réunir les partenaires sociaux et le patronat dans une tripartite afin de trouver ensemble la meilleure planification pour la sortie de crise en assurant d’abord la santé des Jurassiennes et des Jurassiens : « aussi lentement que nécessaire, mais aussi vite que possible ».

En lien direct avec les événements de ces dernières semaines, les député(e)s PDC-JDC Jura ont déposé ou déposeront une série d’interventions dans plusieurs domaines. Il souhaite soutenir le commerce local en octroyant le statut de dons aux bons d’achat émis dans le contexte spécifique du Covid-19, et donc permettre leur défiscalisation. Les élu(e)s démocrate-chrétien(ne)s sollicitent également l’exécutif sur la validité des abonnements de transports publics.

Dans ce cadre, le Gouvernement est appelé à demander aux entreprises concessionnaires de prolonger la validité des abonnements sur une durée équivalente à celle du confinement. Le parti veut aussi diminuer l’empreinte écologique des personnes actives et améliorer l’équilibre entre vie privée et activité professionnelle. La crise du coronavirus a montré que de nombreux aménagements étaient possibles.

C’est pourquoi, il invitera le Gouvernement à évaluer les possibilités de favoriser le télétravail sur le territoire cantonal. Les médias locaux font face à une baisse massive de leurs rentrées publicitaires. Le PDC-JDC Jura demande au Gouvernement de lui communiquer les mesures qu’il souhaite appliquer à un secteur particulièrement touché par la crise, et dont le travail d’informations s’est révélé à nouveau essentiel ces dernières semaines.

Enfin, le parti démocratechrétien se félicite que la lettre qu’il a adressée au Gouvernement au début de la crise ait débouché sur une coordination de l’effort bénévole à l’échelle du canton, via une plate-forme accessible en ligne sur le site officiel de la RCJU.

PARTI DEMOCRATE-CHRETIEN DU JURA

COVID-19 – Communiqué de Presse

Le PDC Jura en appelle à la solidarité de la population et à la compréhension des entreprises. Il sollicite son groupe parlementaire qui déposera lundi une interpellation d’urgence pour la mise sur pied d’une centrale d’appel qui doit permettre de coordonner l’action bénévole

La propagation du covid-19 est fulgurante. Les autorités ont ordonné vendredi soir des mesures drastiques mais justifiées pour freiner son expansion. Il s’agit désormais d’endiguer le virus, en faisant appel à toutes les bonnes volontés et en mobilisant tous les moyens encore à disposition des autorités.

C’est aussi l’occasion de redécouvrir les valeurs de solidarité et de partage au sein des familles, avec les voisins et avec toutes les personnes disponibles, tout en appliquant strictement les mesures de précautions promulguées par les autorités sanitaires. Les entreprises sont aussi concernées. Le Conseil fédéral a pris des mesures administratives et financières pour les aider à passer ce cap (RHT facilitée, crédits cadres, cautionnement, etc.).

En parallèle, de nouveaux modes de travail, tels que le télétravail ou l’étalement des horaires méritent d’être testés ou étendus lorsque cela est possible. Le PDC est convaincu que la population comme les entreprises souhaitent s’engager collectivement dans la lutte contre le coronavirus. Le parti veut favoriser la mise sur pied de nouvelles chaînes de solidarité. C’est pourquoi, son groupe parlementaire déposera une intervention urgente lundi matin.

Il demandera au Gouvernement de mettre en place, avec les communes, une centrale d’appel permettant aux personnes disponibles pour la garde d’enfants ou la prise en charge de personnes à risque de manifester leur disponibilité (personnes sans activité lucrative, celles mises au chômage partiel, enseignants libérés de leur travail, étudiants du secondaire II mis en congé, etc.).

Au cas où ce dispositif ne suffirait pas, l’exécutif sera invité à engager sans délai la protection civile dans la crise, afin de compléter cette assistance aux personnes en difficulté. Ces soutiens doivent permettre aux familles de s’organiser dans la crise, et aux entreprises, de continuer à faire fonctionner notre économie. Un engagement coordonné des citoyens aidera également à soulager les autorités sanitaires

PARTI DEMOCRATE-CHRETIEN DU JURA

Remerciements et engagement

Le PDC Jura a pris acte des résultats du 2e tour de l’élection partielle au Gouvernement jurassien. Il remercie sa candidate Anne Seydoux-Christe de son engagement et des valeurs qu’elle a défendues au cours des dernières semaines. Il exprime aussi sa gratitude aux personnes qui se sont engagées durant la campagne, à toutes les électrices et électeurs qui ont soutenu Anne Seydoux-Christe ainsi qu’au PCSI et au PLR qui ont apporté leur soutien à la candidate démocrate-chrétienne.

Dès les résultats des élections fédérales 2019 connues, il était clair que le PDC allait au-devant d’une campagne cantonale difficile. Il était dans une position de défense, les calculs électoraux lui étaient défavorables et la vague rose-verte a dynamisé la gauche. Enfin, en allant au 2e tour en dépit de l’impossibilité de l’emporter, l’UDC alliée aux dissidents du PDC a torpillé les chances de la majorité de centre-droit au Gouvernement jurassien.

Le PDC Jura constate que sa candidate a perdu 0,11% entre les deux tours et que la part électorale perdue par l’UDC a été gagnée par le parti socialiste, ce qui démontre un vote d’abord anti-PDC. Pour sa part, le PDC a défendu ses convictions et sort de la campagne fort de ses valeurs et de son unité retrouvée. Il a perdu une bataille mais n’a pas déposé les armes.

Le comité directeur va analyser les résultats de l’élection partielle dès jeudi. Il portera un regard critique sur les mois écoulés mais se penchera essentiellement et sans concession sur les perspectives politiques et les échéances électorales. Le PDC Jura a l’ambition de réunir les forces vives du canton à l’avenir également et il entre désormais dans une phase de reconquête.

PARTI DEMOCRATE-CHRETIEN DU JURA

Entre dérive annoncée et acrobatie financière

Très préoccupant. Le budget 2020 des autorités municipales est conforme aux prévisions du PDC. Les montages réalisés pour dégager un résultat positif trompent la population sur l’état réel des finances de la ville. Le parti démocrate-chrétien ne soutient pas cette proposition.

Comment présenter un budget à l’équilibre alors qu’il est en réalité déficitaire à hauteur de 3,5 millions de francs ? La réponse donnée par nos autorités est simple : dissoudre toutes les provisions. Cet embellissement artificiel laisse le PDC songeur. Notre parti a lancé un référendum en début d’année afin d’attirer l’attention de la population sur les problèmes à venir. Nous avions anticipé ce qui est désormais devenu réalité et connu des autorités : l’impact de la RFFA, la répartition des tâches entre communes et canton ainsi que la création de 18 postes dans l’administration communale. Aujourd’hui, le constat est clair. Quatre mois après le rejet du référendum, Delémont est dans une situation financière très préoccupante.

Au cours de l’année 2019, le PDC a rappelé aux autorités les défis que représenteraient les charges précitées sur les finances publiques. Les Démocrates-chrétiens les ont enjointes d’échelonner l’engagement du personnel en fonction des prévisions financières. Il s’avère aujourd’hui que les anticipations des référendaires étaient correctes. Les chiffres publiés étaient même plus positifs que ceux annoncés cette semaine par la commune.

Aujourd’hui, pour ne pas perdre la face, l’exécutif delémontain a préféré puiser 3.3 millions (sur 3.5 millions) dans des réserves qui doivent servir à pallier les problèmes financiers lors de périodes de récessions. Avec ce budget 2020, et en un seul exercice, ces réserves sont quasiment dissoutes. Dans quels fonds iront puiser les autorités pour le budget 2021 ? Les illusions de cette fin d’année risquent bien de s’effondrer d’ici douze mois. A noter encore que certains frais de rénovations courantes sont maquillés en investissements afin d’éviter la publication d’une augmentation des charges. Cette politique de l’autruche est irresponsable. Les déficits structurels devront tôt ou tard être assainis et les charges transformées en dettes, remboursées par les générations futures.

Le PDC exige de l’exécutif qu’il prenne ses responsabilités afin d’inverser ces déficits structurels. Notre parti et la population de Delémont attendent de sa part du courage politique. Au moment du départ de Pierre Kohler en 2015, les autorités ont hérité de finances communales saines et redressées. Il aura fallu moins de 5 ans à la majorité de gauche pour retomber dans ses travers. Le budget 2020 doit être présenté de manière à être en adéquation avec la réalité des finances publiques.

François Monin, porte-parole du référendum, 079 559 78 66
Olivier Montavon, membre de la commission des finances, 078 716 93 70

La force de l’expérience

La force de l’expérience

La candidature d’Anne Seydoux-Christe est retenue par le Comité directeur en vue de l’élection partielle au Gouvernement. La stratégie des dirigeants du parti a été largement soutenue lors des consultations publiques. Un point presse a eu lieu mardi 3 octobre. Les militantes et militants auront le dernier mot.

Expérience, crédibilité, légitimité et engagement. Anne Seydoux-Christe cumule les critères clés en vue de l’élection au Gouvernement jurassien, le 9 février prochain. Son accession au Gouvernement permettrait de remplacer Charles Juillard par une autre personnalité d’envergure. Les membres du parti présents lors des rencontres organisées ces dernières semaines ont approuvé l’analyse et la stratégie mise sur pied par le Comité directeur du PDC Jura. La validation de cette candidature passe désormais par le congrès du PDC Jura, mardi 10 décembre à 20 heures à Saint-Ursanne ; suivra une campagne courte et intense.

Sa candidature actée, Anne Seydoux-Christe ira à la rencontre des Jurassiennes et Jurassiens. Elle aura l’occasion de témoigner de son parcours et de sa vision d’avenir pour notre région, elle qui fut active à tous les échelons de nos institutions politiques et dont les compétences sont largement reconnues. Ce statut fait d’Anne Seydoux-Christe une candidate de grande valeur. Elle saura idéalement compléter le plus jeune exécutif cantonal de Suisse romande. Ses différents réseaux favoriseront les échanges entre Delémont et Berne. Son positionnement social-libéral permettra à une large frange de la population de se reconnaître dans ses choix courageux, mêlant politique économique ouverte et dynamique, et préoccupations humanistes. Son engagement dans les milieux caritatifs et associatifs, tout comme son travail important mené notamment dans les commissions de gestion et de politique étrangère du Conseil des Etats prouvent sa capacité à mener de front des combats variés pour le bien du plus grand nombre.

Le PDC Jura remercie déjà sa candidate d’avoir accepté de se mettre à disposition du parti pour cette élection aux enjeux majeurs. Le Comité directeur est confiant et enthousiaste. Il mènera une campagne déterminée, muni de la conviction que les militantes et militants PDC, ainsi qu’une majorité de la population jurassienne, porteront Anne Seydoux-Christe, son expérience et ses compétences, au Gouvernement jurassien.

Pascal Eschmann , Président, 079 600 55 02
Gauthier Corbat, Secrétaire général, 079 773 01 27

Non-report de la baisse d’impôts, notre positionnement.

Non-report de la baisse d’impôts, notre positionnement.

Le PDC Jura a pris connaissance des amendements au budget présentés par le Gouvernement, suite à l’acceptation par le peuple du référendum de l’UDC demandant le non report de la baisse d’impôts pour les personnes physiques.


Notre groupe parlementaire se réunira prochainement afin de proposer d’autres solutions que celles prônées par l’exécutif, notamment pour les mesures en lien avec l’agriculture, qui lui paraissent disproportionnées par rapport au budget du secteur, et concernant les subsides aux primes maladies qui augmenteraient tout de même mais dans une moindre mesure que ce qui était prévu.

Le Parlement dispose d’une certaine marge de manœuvre par rapport au respect du frein à l’endettement, et des choix politiques devront être faits.

Le comité directeur du PDC Jura
#humainaucentre

Le mot de Jean-Paul Gschwind, notre élu fédéral sortant et, candidat!

Le mot de Jean-Paul Gschwind, notre élu fédéral sortant et, candidat!

“Mon bilan après deux législatures au Parlement fédéral”

“Si j’ai décidé de rempiler pour un troisième mandat, c’est que j’estime ma motivation intacte et ma santé me le permettant.

En priorité, en étroite collaboration avec le Gouvernement jurassien et mes collègues parlementaires fédéraux, j’ai défendu les intérêts de la République et Canton du Jura à Berne. A noter l’excellente ambiance et esprit de collaboration qui prévaut au sein de la députation jurassienne.
D’autre part, j’ai tissé un réseau dense et intéressant avec le Conseil fédéral, l’administration et mes collègues conseillers nationaux. Mes domaines de prédilection sont l’économie, l’agriculture et la politique familiale.

Homme de dossier, je siège, dès 2011, dans l’importante Commission des Finances et plus particulièrement responsable des questions financières du Département fédéral de la défense, de la protection de la population et des sports (DDPS) et du Département fédéral de l’Intérieur (DFI). J’ai été membre de la Délégation des Finances (2011 – 2015). Dès 2015, je suis membre de la Commission judiciaire et son président à partir du 1er janvier 2018 ; une commission très politisée dont la fonction consiste à proposer les candidatures de juges pour les différents tribunaux fédéraux.
Sur le plan personnel, j’ai déposé de nombreuses interventions dont une motion demandant l’élaboration d’une stratégie marketing pour le cheval Franches-Montagnes. Une autre motion demandant un assouplissement de la loi ViaSecura, acceptée par le Parlement, a débouché sur une initiative parlementaire qui a permis l’assouplissement de ladite loi. Une autre motion qui doit permettre aux agriculteurs de créer des provisions fiscales a été acceptée par le Conseil national, mais n’a pas encore été traitée par le Conseil des Etats.

Autre raison enfin qui m’a incité à briguer un troisième mandat : les sollicitations liées à ma fonction de président de la Fédération suisse du Franches-Montagnes (FSFM), alors que des incertitudes menacent le Haras national à travers la restructuration d’Agroscope et le soutien financier de la race Franches-Montagnes avec la nouvelle politique agricole PA 22 +.

C’est précisément pour toutes ces raisons, d’ailleurs non exhaustives, que je sollicite votre soutien, chers membres, amis et sympathisants du PDC, pour un troisième et dernier mandat.”

Jean-Paul Gschwind,
Conseiller national