Invitation au prochain Congrès du PDC Jura

Invitation au prochain Congrès du PDC Jura

Le Parti démocrate-chrétien du Jura a le plaisir de vous inviter à participer à son prochain Congrès qui aura lieu le Lundi 29 avril 2019 à 20h00 au Café de la Poste à Glovelier.

Ordre du jour

1. Accueil et message par Pascal Eschmann, Président du PDC Jura

2. Présentation des objets soumis en votation populaire le 12 mai 2019 par Gauthier Corbat, Secrétaire général du parti Votations fédérales :

Loi fédérale relative à la réforme fiscale et au financement de l’AVS (RFFA)

Présentation par : Charles Juillard, Ministre

Mise en oeuvre d’une modification de la directive de l’UE sur les armes (Développement de l’acquis de Schengen)

Arguments contre la modification : Robin Udry, Secrétaire général de Protell
Arguments pour la modification : Jean-Paul Gschwind, Conseiller national

Après chaque présentation, le débat sera ouvert et la prise de position donnée par les membres.

3. Présentation de la synthèse des questionnaires – Elections Fédérales, par Gabriel Willemin, membre du Comité directeur

4. Election de nouveaux délégués au PDC Suisse

5. Actualités du PDC Jura par Gauthier Corbat

6. Divers

 

En espérant vous y voir nombreuses et nombreux.
#tousorange #ensemblepdc #humainaucentre

Pascal Eschmann, Président du PDC Jura.
Gauthier Corbat, secrétaire général.

 

 

La majorité de l’exécutif de Delémont foule la démocratie au pied.

La majorité de l’exécutif de Delémont foule la démocratie au pied.

Le Conseil communal de la capitale annonce la mise au concours de 11 à 15 postes de travail sans attendre la décision juridique de la cour constitutionnelle et au mépris des centaines de signataires du référendum contre le budget.

 

Le PDC de Delémont est très inquiet. Ses plus de 700 signatures récoltées en dix jours n’ont eu que peu d’effets sur les autorités au pouvoir. La majorité fait la sourde oreille et feint de ne pas voir la réalité.

Dans un communiqué de presse diffusé mardi, elle annonce la mise au concours de la quasi-totalité des 18.8 postes qu’elle ambitionne de créer et contre lesquels le PDC et les partis de droite se sont mobilisés. L’attitude de l’exécutif est très préoccupante. Ce dernier ignore les messages clairs transmis par les référendaires quant à un échelonnement des postes, qui tiendraient raisonnablement compte des finances de la ville. Non content d’ignorer ces signaux, elle se cache derrière des arguments juridiques, torpille les procédures en cours et annonce la mise au concours de presque la totalité des postes contestés.

Cette provocation est navrante et préoccupante. Elle inquiète le PDC de Delémont. Les démocrates-chrétiens de la capitale jurassienne rappellent leur attachement à une ville aux finances saines. En cela, ils défendent clairement un examen au cas par cas des postes créés muni de priorités clairement établis.

À la suite notamment de la réintégration de Delémont dans le plan d’agglomération de 3ème génération, il est compréhensible que certains postes soient nécessaires à court terme, tout comme c’est le cas pour la transition énergétique voulue par toutes et tous. Le PDC salue également la mise au concours des postes à plein temps… de 80 à 100%, une proposition faite par le groupe PDC au législatif et balayée par la majorité ! Apparemment, les demandes du comité référendaire et des 700 signataires n’étaient pas aussi inutiles que communiquées antérieurement par le conseil communal.

Parti de la responsabilité et principal artisan de l’embelli des dernières années, le PDC ne souhaite pas voir Delémont retomber dans ses anciens travers.

 

François Monin, Président du Comité référendaire, 079/559 78 66
Olivier Montavon, Vice-président du comité, 078/716 93 70
Christophe Girardin, Président de la section 076/ 822 03 14

Eteindre l’éclairage public la nuit? Rencontre avec la PDC Dominique Rudolf.

Eteindre l’éclairage public la nuit? Rencontre avec la PDC Dominique Rudolf.

L’élue PDC a récemment déposé, aux côtés de Claude-Alain Chapatte, une motion demandant l’extinction de l’éclairage public pendant la nuit au sein de sa commune, Val Terbi. Tout en saluant cette initiative éco-responsable, le PDC Jura a voulu en savoir plus…

Dominique, d’où vous est venue l’inspiration?

D’autre commune l’on fait avant nous, ainsi, un jour, je me suis demandée, “et pourquoi pas Val-Terbi”?

La protection de la nature et de ses espèces a été l’une de mes principales motivations. Beaucoup d’études montrent qu’actuellement la pollution lumineuse est l’une des premières causes de la disparition des insectes. Leur nombre ne cesse en effet de décliner dans notre écosystème. Attirés durant la nuit par ces luminosités artificielles, ces derniers se fatiguent puis finissent par mourir.

Une diminution des couts d’électricité a été le second moteur. Réduire ces coûts auraient logiquement un impact très positif sur notre commune.

Enfin, quelques récents résultats statistiques m’ont conforté dans mon choix: 80 % des communes en Suisse Occidentale pratiquent depuis longtemps cette extinction, alors que des recherches montrent que 85% des personnes interrogés sont positives à ce type d’initiative. Des études démontrent également que l’insécurité réelle n’augmente pas et a même des effets positifs avec une baisse des incivilité et autres tapages nocturnes.

Comment vos collègues des groupes PDC-sympathisants et CoVal ont-ils d’abord pris votre proposition? Quelles ont été les réactions au sein des autorités communales, et même en dehors, avez-vous déjà des retours?

Au niveau de notre groupe, les avis étaient d’abord mitigés. Or après information, et après avoir énuméré les nombreux “plus”, il a très vite montré un avis favorable, ainsi que le conseil communal, qui m’a ensuite soutenu dans ma démarche. Cela n’a en fait pas été difficile de les faire accepter cette motion. La population a, je crois, plutôt bien accueilli ma motion! Seuls quelques personnes âgées m’ont fait part de leur crainte future au moment de rentrer chez eux la nuit. Or une fois informée des bienfaits et du bien-fondé de cette initiative, ils se sont montrés moins réticents.

La protection de la nature, le développement durable et la santé, vous tiennent donc tout particulièrement à coeur, et sont les leitmotiv de votre combat politique? 

Oui, l’environnement est l’une de mes priorités! Récemment et à juste titre, la jeunesse s’est exprimée en nous demandant d’agir concrètement. Cette motion est l’occasion de leur montrer notre soutien et une première phase dans ce juste combat, en vue de leur laisser une planète habitable. Les informations dont nous disposons aujourd’hui doivent nous mener à réfléchir et à agir pour la planète.

Question santé, des études relèveraient que le sommeil de nombreuses personnes serait dégradé par la lumière émise par les lampadaires.

Par cette initiative, nous avons voulu montrer à la population que les questions environnementales sont au coeur de nos préoccupations, et qu’elles font ainsi partie de nos plus grand combats.

Dominique Rudolf, PDC et membre du conseil général de la commune de Val Terbi.
Référendum contre le budget : la gauche ne fait pas confiance au peuple!

Référendum contre le budget : la gauche ne fait pas confiance au peuple!

Budget soumis au législatif sans volonté de discussion, avis juridique, recours devant la Cour constitutionnelle : dans cette campagne, rien n’aura été épargné aux référendaires et signataires d’un texte responsable et démocratiquement incontestable.

 

Tout aura été tenté pour empêcher la population de Delémont de s’exprimer ! Dès le début de sa campagne, le PDC a toujours mis l’accent sur la nécessité pour les citoyennes et les citoyens de valider ou non par les urnes la politique menée par la majorité, avec en toile de fond la création de 18.8 EPT au sein de l’administration. Une décision susceptible de grever durablement les finances de la capitale jurassienne.

Malgré le recours déposé par l’ancien conseiller de ville et ancien député CS-POP Christophe Schaffter, le PDC maintient son texte et son message : il exige un échelonnement de l’engagement de personnes dans le temps, avec un réexamen ponctuel des demandes en personnel, en tenant compte des besoins réels et de l’état des finances municipales.

Cette demande est appropriée au vu des dispositions actuelles et du fait que les postes ont été décidés. Le conseil communal n’a aucune obligation d’engager des personnes de façon précipitée. Cela équivaudrait à une gestion désastreuse de l’argent des contribuables, quand on songe aux différentes réformes, fiscales et autres, auxquelles Delémont, comme d’autres communes jurassiennes, devra faire face à court et moyen terme.

A maintes reprises, le PDC a rappelé l’impossibilité de contrer les postes votés par la majorité en organisant quelque 20 référendums différents, ceci afin d’éviter un résultat à la sortie des urnes totalement arbitraire. Par conséquent, seule une remise en question du budget, incluant cette dépense de CHF 2 millions, s’est avérée techniquement possible et adéquate.

Cette stratégie a été comprise par le peuple. Plus de 700 signatures ont été récoltées en à peine dix jours durant la période des fêtes. Ce succès en dit long sur la nécessité pour l’exécutif d’organiser ce référendum. A défaut, il risque de voir sa légitimité écornée pour la suite de la législature.

 

 François Monin, Coordinateur du comité référendaire 079/559.78.66                               

Christophe Girardin, Président de Section, 076/822.03.14

 

Une action politique et légitime!

Une action politique et légitime!

Le référendum contre le budget 2019 de la ville de Delémont est valide! L’avis juridique commandé par le Conseil communal juge LEGITIME d’accorder la possibilité aux citoyens de s’exprimer par la voie des urnes. La décision de l’exécutif de la ville de ne pas tenir compte du résultat du référendum en cas d’acceptation serait donc irresponsable.

 

Le référendum contre le budget n’était pas un choix mais une nécessité. La décision de la majorité de créer l’an dernier 18,8 postes n’a nullement pris en compte les avis opposés. Aucune des 8 interventions protocolées au PV du Conseil de ville et initiées par le PDC n’a trouvé d’écho auprès de la majorité. Combattre individuellement les postes aurait demandé d’organiser des récoltes de signatures pour plus de 20 référendums différents. Par conséquent, seule une remise en question du budget, incluant cette dépense de CHF 1,5 million, s’est avérée techniquement possible et adéquate.

Aujourd’hui, le Conseil communal poursuit sa politique irresponsable en ne tenant aucunement compte des presque 700 signatures récoltées. Il se sert de la forme pour éviter un débat de fond, en privilégiant des conclusions juridiques à un message d’ores et déjà clair adressé par des centaines de citoyens signataires.

 Selon le Conseil communal, l’avis juridique conclut à l’inutilité du référendum à venir. Il oublie que le message à la population du comité référendaire, soutenu par le PLR et l’UDC, contient des revendications concrètes sans remise en cause possible. Le comité référendaire estime en effet que les 5 propositions formulées dans son message à la population sont légitimées par ce même avis juridique:

 

  • Echelonner les augmentations prévisibles de charges sur plusieurs années et de manière progressive, afin d’éviter une augmentation d’impôts ;
  • Eviter de mettre à la charge de ses employés actuels de futures mesures d’économies structurelles ou conjoncturelles ;
  • Simuler l’impact de chaque poste créé (organisation, fonctionnement, synergie) ;
  • Permettre financièrement à la ville d’investir dans des projets porteurs et à même de faire rayonner le chef-lieu cantonal ;
  • Maintenir les subventions à long terme pour les associations et manifestations de la ville.

 

De plus, contrairement aux dires du Conseil communal, le délégué aux affaires communales a informé les autorités et le comité référendaire que « indépendamment du résultat du référendum, rien n’oblige le Conseil communal de pourvoir de suite à tous les postes décidés le 29 octobre 2018 » et que dans l’éventualité de son acceptation, « le Conseil communal pourrait accepter de prendre en compte l’expression de la volonté populaire en décidant de ne pas engager tout de suite l’intégralité des 18.8 EPT. Une telle décision, politique, ne violerait pas les décisions du Conseil de ville ».

Le PDC de Delémont abonde en ce sens et insiste sur le fait que le Conseil communal pourra reporter les engagements prévus, sans enfreindre les décisions du Conseil de Ville.

Le comité référendaire demande à présent que la majorité au Conseil communal cesse de fuir ses responsabilités, qu’elle organise un débat populaire serein et accepte que la population puisse exercer ses droits démocratiques. Il en va de la responsabilité des autorités.

Par ailleurs, la réforme de la fiscalité présentée par le Gouvernement jurassien démontre, si besoin est, que le PDC a raison de se soucier de l’état futur des finances communales et cantonales.

 

Christophe Girardin, Président de section, 076/822.03.14

François Monin, Coordinateur du comité référendaire, 079/559.78.66

Notre pétition en faveur de Moutier à l’attention du Conseil fédéral!

Notre pétition en faveur de Moutier à l’attention du Conseil fédéral!

Photo signée Jérémy Toma (copyright)

 

Très chères amies et amis de Moutier,

Vous trouverez ci-dessous la pétition populaire émanant de la résolution interpartis votée en décembre dernier par le Parlement jurassien.

Cette dernière a déjà a récolté ses premières signatures, or ce n’est pas suffisant, nous avons besoin de vous! Pour rappel, ce texte demande à ce que le Conseil fédéral s’engage résolument et de manière claire pour le respect du vote populaire de Moutier.

A vous de signer, à vous de jouer, “Go” Moutier!

Pétition à signer!

(à signer, imprimer, puis nous retourner)

Une charte et un NON clair

Une charte et un NON clair

Conformément à sa feuille de route, le PDC Jura a adopté sa charte des droits & devoirs. Son objectif : réunir ses membres derrière une même vision du parti et des engagements qu’il implique. Seul objet soumis en votation, l’initiative Contre le Mitage a été massivement rejetée.


Le congrès du PDC Jura s’est achevé lundi soir avec l’adoption d’une charte adoptée à l’unanimité. Les militant(e)s présent(e)s ont accepté les neuf points d’un texte destiné à rappeler aux mandataires, candidat(e)s et élu(e)s du PDC Jura, les règles qu’ils se doivent de respecter en toutes circonstances, et particulièrement en période électorale. A travers cette charte, le parti se porte également garant des droits de chacune et chacun. Le texte insiste aussi sur l’importance de faire primer les intérêts du parti sur ceux des membres qui le compose. Finalement, il explicite et parfois complète les statuts du parti cantonal.

Au chapitre de la votation fédérale soumise au vote le mois prochain, 44 personnes ont rejeté l’initiative des verts Contre le mitage, 2 s’y sont opposées et 1 seule s’est abstenue.

A noter encore que la pétition émanant de la résolution interpartis votée en décembre dernier par le Parlement jurassien a récolté ses premières signatures. Ce texte demande à ce que le Conseil fédéral s’engage résolument et de manière claire pour le respect du vote populaire de Moutier. Il sera prochainement mis en ligne et téléchargeable sur le site du PDC Jura. Les autres partis politiques jurassiens seront invités ces prochains jours à en faire de même.

 

Pascal Eschmann, Président du PDC Jura, 079/600.55.02
Gauthier Corbat, Secrétaire général du PDC Jura, 079/773.01.27

Un signal fort de la population

Un signal fort de la population

Les citoyens de Delémont se prononceront sur la création des 18.8 EPT au sein de l’administration communale. Le PDC a récolté plus de 700 signatures en seulement quelques jours. La balle est à présent dans le camp du Conseil communal qui se doit d’organiser un scrutin rapidement.

Un résultat net et sans appel. Mais au-delà des signatures, la récolte des inquiétudes de la population en dit long sur la nécessité de ce référendum. Si la création de ces postes dans l’administration pour un montant total d’1.5 millions de francs interpelle vivement, l’annonce de l’exécutif en pleine campagne de procéder malgré tout à la mise au concours des postes, tout comme celle du gel de certains subsides, ont largement servi la cause du PDC, épaulé dans son action par les partis du centre-droit et de la droite.

Les représentants du PDC déposeront les signatures à la chancellerie ce vendredi à 15h30. L’objectif du référendum est clair : amener l’exécutif à mettre en oeuvre une politique raisonnable et responsable en matière d’engagement du personnel. Il s’agit concrètement pour le PDC de privilégier quelques postes prioritaires. A ce titre, les démocrates-chrétiens rappellent que toutes les propositions faites en ce sens l’an dernier ont été rejetées par la majorité de gauche. Ce faisant, le référendum n’était pas un choix mais une nécessité.

De plus, et contrairement à ce qu’ont pu laisser entendre le Conseil communal ou d’autres responsables politiques, le PDC ne cherche pas à bloquer la ville. Encore moins à s’attaquer à ses dépenses et subventions. Bien au contraire, avec ce référendum, le PDC de Delémont s’engage à ce que la capitale jurassienne ne voit pas son développement freiné par une hypertrophie de son administration.

Il appartient désormais à l’exécutif d’organiser un vote le plus rapidement possible pour permettre à la ville de fonctionner normalement.

 

François Monin, Coordinateur du comité référendaire,079/559.78.66
Christophe Girardin, Président de section,  076/822.03.14

La démocratie du côté du PDC

La démocratie du côté du PDC

Le référendum contre le budget 2019 de la ville de Delémont est un droit fondamental de notre système politique. En représailles, l’annonce du Conseil communal de geler certaines subventions publiques est un chantage regrettable. L’exécutif prend en otage sa population, qui ne doit pas être dupe devant cette tentative de l’empêcher de s’exprimer.

La suspension des subsides annoncée par le Conseil communal au prétexte qu’un référendum conteste son budget est inadmissible. En parallèle à cette décision, ce même CC confirme la mise au concours de 18,8 postes pour un montant de 1,5 millions de francs. Une incohérence manifeste qui a tout du chantage. Cette attitude est de nature à discréditer l’exécutif de la ville. Sa communication de jeudi dernier pourrait également constituer une infraction à son devoir de réserve en regard de la jurisprudence récente du Tribunal fédéral. Le PDC étudiera la possibilité de faire recours contre cette ingérence dans la campagne référendaire. Surtout, le parti démocrate-chrétien tient à rappeler l’essentiel : au travers de ce référendum, il veut donner l’occasion aux citoyens de Delémont de s’exprimer sur une création de postes raisonnable, maîtrisée, responsable, et qui garantit aux contribuables une fiscalité supportable ces prochaines années.

En saucissonnant son projet en 27 arrêtés différents, le CC a rendu lui-même caduque toute possibilité de s’opposer directement à la création des nouveaux postes. Lors du Conseil de ville, toutes les modifications proposées ont été rejetées par la gauche, notamment la possibilité d’établir des priorités parmi les postes à créer. Ce faisant, le référendum contre le budget n’était pas un choix mais une nécessité. Une fois la récolte de signature achevée, il appartiendra à l’exécutif d’organiser un vote le plus rapidement possible afin d’éviter un blocage qu’il a lui-même provoqué.

Le contexte économique et fiscal exige des autorités communales qu’elles pratiquent une politique clairvoyante en matière de dépenses publiques. Le PDC de Delémont s’engage au travers de sa campagne référendaire à faire en sorte que la capitale jurassienne ne voie pas son développement freiné par une hypertrophie de son administration. L’Etat jurassien et ses communes cherchent actuellement des gains d’efficience pour garantir leurs prestations à la population. A Delémont, le budget 2019 s’inscrit en faux de cette volonté stratégique. C’est contre ce projet néfaste, et désormais également contre le chantage de son exécutif, que le PDC mènera sa campagne.

 

François Monin, Coordinateur du comité référendaire, 079/559.78.66    

Christophe Girardin, Président de section, 076/822.03.14

Elections 2018 à Moutier: Bilan positif pour le PDC!

Elections 2018 à Moutier: Bilan positif pour le PDC!

Il y a tout d’abord la magnifique réélection de Marcel Winistoerfer, soutenu par tous les partis de l’Entente jurassienne. Après les nombreuses attaques, souvent ignobles, qui ont visé Marcel Winistoerfer ces dernières semaines, la population de Moutier a clairement apporté son soutien à son Maire et lui a renouvelé sa confiance. Le taux de participation de plus de 75 % légitime totalement cette élection, ainsi que celle des autres organes politiques de la commune.

Au Conseil municipal, le PDC maintient les sièges de Claire-Lise Coste et Pascal Eschmann. Ce maintien est la marque de reconnaissance des Prévôtois pour l’excellent travail accompli par ces deux élus, qui ne ménagent pas leurs efforts pour mener à bien les projets qu’ils portent. Un bémol cependant puisque le PDC perd un siège au Conseil de Ville.

Déception toutefois amoindrie par le fait que L’Entente jurassienne renforce sa position au législatif de Moutier en gagnant un siège. Le PDC félicite et remercie tous ses candidats qui ont contribué à marquer cette journée d’une pierre blanche. Il souhaite enfin que la minorité de la population attachée à Berne, et les élus qui la représentent, prennent enfin conscience que l’avenir de Moutier est jurassien, et décident de contribuer, pour le bien de leur ville, à un transfert serein et rapide de celle-ci dans la République et Canton du Jura.

 

Laurent Coste, Président de campagne à Moutier, 079 402 11 64.