Votations fédérales et cantonale du 15 mai 2022

Réuni en congrès mardi 3 mai 2022, le PDC-JDC Jura en a profité pour prendre position sur les différents objets fédéraux et la votation cantonale qui seront soumis aux Jurassiens le 15 mai prochain.

Concernant la modification de la loi sur le cinéma, le PDC-JDC Jura a décidé de l’approuver à la large majorité et trois abstentions. Cette modification de loi permettra de rendre la production cinématographique suisse plus forte et de la mettre en valeur. Le PDC a également été sensible au fait que les chaînes de streaming ne sont pas tenues de mettre en avant du contenu suisse.

Pour la modification de la loi sur la transplantation, le congrès a décidé de l’accepter à la large majorité et une abstention. Trop souvent, le manque d’organes se fait ressentir alors que la part de la population prête à être donneuse est grande. C’est pourquoi il est nécessaire de faciliter les choses comme le fait cette modification. Elle prévoit aussi de soulager les proches, argument sensible aux yeux du comité.

Sur la reprise du règlement de l’UE relatif au corps européen de garde-frontières et de garde-côtes, le PDC-JDC Jura a également décidé de l’accepter à l’unanimité. Alors que l’accord-cadre a été saboté et a déjà détérioré les relations avec l’Union Européenne, il n’est pas temps de commettre la même erreur avec l’espace Schengen. Sans quoi la Suisse s’exposerait probablement à d’autres sanctions.

Pour l’initiative populaire cantonale « Les plaques moins chères ! », le congrès a encore décidé d’accepter cette initiative. Cela dans le but d’alléger le budget des familles, budget encore trop plombé par la taxe imposée par les plaques minéralogiques. Pensons aux familles, votons oui !

Pour résumer :
OUI à la loi sur le cinéma
OUI à la loi sur la transplantation
OUI à Frontex
OUI aux plaques moins chères

Pascal Eschmann, président du PDC Jura
079 600 55 02

Gabriel Willemin, membre du Comité directeur du PDC Jura
079 707 19 72

Au sujet de la suppression de l’article 138 de la Constitution jurassienne

Dans sa séance du 30 mars 2022, le Parlement jurassien a traité des motions concernant l’article 138 de notre Constitution cantonale. Celui-ci avait été en effet retiré de notre Constitution dans le cadre des négociations tripartites en lien avec le transfert cantonal de la ville de Moutier. Le Groupe parlementaire PDC-JDC a tenté en vain d’introduire une procédure pour reprendre le sens de cet article de manière plus consensuelle, mais malheureusement sans succès. Les Jurassiennes et les Jurassiens ne pourront donc pas se prononcer à ce sujet.

Beaucoup d’encre a déjà coulé sur la validité juridique de cet article qui rappelle que notre Canton est d’accord d’accueillir toutes les communes concernées par le scrutin du 23 juin 1974 et qui souhaitent rejoindre le Jura.

Pour rappel, au niveau fédéral, l’article 53 al. 2 de la Constitution fédérale autorise que toute modification du territoire d’un Canton est soumise à l’approbation du corps électoral concerné et des cantons concernés, elle est ensuite soumise à l’approbation de l’Assemblée fédérale sous la forme d’un Arrêté fédéral. C’est le principe de cet article constitutionnel fédéral qui a permis à la commune bernoise de Clavaleyres de devenir fribourgeoise depuis le 1er janvier 2022.

Pour tenter de garder l’esprit de cet article 138 dans la Constitution cantonale, cher aux Jurassiennes et aux Jurassiens, les députés PDC-JDC au Parlement jurassien ont demandé au Gouvernement, au travers de la motion 1400, d’adapter cet article et de le rendre compatible au droit fédéral. Sous la pression des autorités bernoises, deux des trois motions (1398 et 1399) prévues à l’ordre du jour du Parlement ont été retirées par leur auteur respectif. Ainsi, le Parlement jurassien n’a pu débattre que de la motion 1400 qui demandait de remodeler notre ancien article 138, et de le soumettre à l’approbation du peuple jurassien. Au vote final, seul le groupe parlementaire PDC-JDC a soutenu la motion 1400. Cette décision prive ainsi le peuple jurassien de se prononcer sur la teneur de cet article hautement symbolique.

Le Comité directeur du PDC Jura regrette cette décision et soutient pleinement les démarches de son Groupe parlementaire d’avoir tenté de réintroduire sous une forme plus consensuelle l’article 138 retiré de notre Constitution de manière unilatérale par le Gouvernement. Pour le PDC-JDC Jura, cette décision est malheureuse. Notre parti continuera, fidèle à ses convictions, de s’engager fermement pour qu’une commune du Jura méridional qui le souhaiterait à l’avenir, puisse rejoindre la République et Canton du Jura.

Pascal Eschmann
Président du PDC Jura
079 600 55 02

Gabriel Willemin
Membre du Comité directeur du PDC Jura
079 707 19 72

Fonds climat : un refus qui ne change rien sur le fond

Quelle mouche a piqué le PDC-JDC Jura ? Le refus d’entrée en matière mercredi dernier au Parlement sur la création d’un fonds cantonal pour le climat peut sembler a priori en contradiction flagrante avec sa politique en matière environnementale. Le débat n’avait rien d’anodin. Il a clairement divisé le législatif concernant une thématique que tous les partis considèrent comme prioritaire. A-t-on assisté donc comme on a pu l’entendre à un reniement des engagements du parti du centre ou au contraire à la défense d’une ligne claire et pragmatique ?

Depuis le début de la législature, le PDC s’est signalé par des propositions fortes qui sont autant de solutions concrètes en faveur de la transition énergétique. Dans ce cadre, la réticence à accepter un fonds climat met paradoxalement en lumière une méthode, celle d’apporter des réponses directes et réalistes aux défis de notre époque sans trop alourdir l’appareil d’État, ni grever ses finances. En quelques mois, le PDC a déposé et fait accepter plusieurs textes qui sont les révélateurs de son action politique et des valeurs de responsabilité, liberté et solidarité qu’il promeut. Il a fait du Canton du Jura un pionnier sur le thème de l’hydrogène vert en chargeant le Gouvernement de mettre en place une stratégie de déploiement de cette énergie très prometteuse et produite localement. Les Démocrates-Chrétiens ont imposé aux restaurants collectifs une part minimale de produits locaux, avec pour objectif de favoriser les producteurs régionaux et les circuits courts. Ils ont aussi convaincu une large majorité des députés avec une motion qui demande à l’exécutif cantonal de tout mettre en œuvre afin d’exploiter le potentiel de production des installations de biogaz. Tout récemment, plusieurs élus ont fait part de leur inquiétude et de leur volonté d’agir à l’annonce de la suspension du programme bâtiments ; ce dernier représentant un levier important auprès de la population pour favoriser l’assainissement des habitations. Sur le terrain, enfin, de nombreuses personnalités du parti s’activent dans le cadre de projets où la notion de développement durable joue un rôle clé. A l’aune de ces quelques exemples, le PDC prouve qu’il est parfaitement possible d’agir sans complexifier les dispositifs.

La majorité de la Commission de l’environnement et de l’équipement partage cet avis. Il base notamment son évaluation sur le Canton de Fribourg qui dispose d’un plan climat ambitieux sans avoir eu à constituer un fonds. Le PDC déplore les longues heures perdues à discuter du fonds plutôt que du plan climat. La priorité va au renforcement des mesures concrètes ayant un effet direct sur la réduction des gaz à effet de serre. Pour autant, leur financement doit être traité au cas par cas et autoriser le débat. Le fonds climat dépossède le Parlement d’une partie de ses prérogatives.

C’est là une des principales raisons de s’y opposer. Il empêche le législatif de réorienter des montants en fonction des priorités. Le Ministre de l’environnement ne l’a d’ailleurs pas caché lors de la discussion de la motion 1256 demandant la création de ce fonds en 2019 : « En figeant l’affectation, les compétences budgétaires du Parlement et son droit de priorisation des projets seraient totalement écartés (…) un fonds réduit la marge de manœuvre et les compétences budgétaires du Parlement ». Il convient également de briser un mythe : la création du fonds climat ne va pas rendre le Canton du Jura plus riche. Le projet ne générera aucune nouvelle recette à l’échelle du canton. Il alloue simplement une partie du résultat de l’imposition des véhicules et des bateaux au fonds. Demain, pourtant, l’entretien des routes s’avérera toujours essentiel au déplacement des véhicules électriques, à propulsion hydrogène ou au gaz naturel. La qualité de la desserte en transports publics est aussi conditionnée à un réseau routier performant.

Finalement, un dernier élément, au cœur même de la méthode prônée par le PDC, pèse lourd dans la balance. La gestion du fonds et le suivi des mesures nécessitent de nouvelles ressources au sein de l’administration et en particulier à l’Office de l’environnement. Le PDC conteste ce fonctionnement, qui représente une charge bureaucratique non négligeable. Le message du Gouvernement est clair à ce sujet. Il stipule qu’une majorité des mesures pour réduire les émissions de gaz à effet de serre relève des domaines de l’énergie, de la mobilité et de l’agro-alimentaire. D’autres services sont donc appelés à statuer sur les montants à prélever, légitimant un financement via les comptes de l’Etat comme pour toute politique transversale. Ces nombreuses interactions, la complexité et la multiplication des écritures comptables ainsi que l’exigence d’un rapport annuel sur sa gestion ont fini par convaincre les élus PDC de ne pas entrer en matière. Alors que l’on cherche à simplifier les procédures et à soulager les services de l’État de certaines tâches administratives, le présent projet va dans la direction opposée. Il est même de nature à réduire la voilure de certaines actions puisque les coûts de gestion liés au traitement des mesures sont imputables au fonds.

On l’aura compris, ce refus du fonds ne change rien sur le fond. Le PDC-JDC continuera de s’engager résolument contre le réchauffement climatique au travers des mesures concrètes et efficientes du futur plan climat, qu’il faut urgemment mettre sur la table de la commission compétente.


PDC-JDC Jura

Le PDC suit le Conseil Fédéral

Le certificat COVID comme atout contre la pandémie ; davantage de soutien aux infirmières et infirmiers mais pas à n’importe quel prix ; des juges impartiaux qui ne doivent rien au hasard. Les militants du PDC Jura se sont prononcés clairement jeudi soir à Glovelier. Sur la question du changement de nom, le parti a fixé un calendrier. Une décision est attendue fin 2022

Réuni en congrès, le PDC Jura a débattu des votations fédérales du 28 novembre prochain. La Loi Covid a été soutenue à l’unanimité. Les militantes et militants ont reconnu l’importance du pass sanitaire dans le cadre de la lutte contre la Covid-19. Ils ont également souligné l’importance pour l’économie du programme de cas de rigueur instauré par la loi.

Sur le thème des soins infirmiers, la soixantaine de membres présents s’est exprimée contre l’initiative par 42 voix (8 oui ; 7 abstentions). L’importance de mieux reconnaître et valoriser ces métiers particulièrement exposés durant la crise sanitaire n’a pas été débattue. En revanche, l’assemblée a jugé que le contre-projet apportait des solutions mieux ciblées et plus équilibrées que celles prévues par l’initiative.

Le texte sur la justice a été rejeté à l’unanimité. La désignation des juges par tirage au sort contrevient à un système transparent et démocratique, qui par ailleurs a depuis longtemps prouvé sa pleine légitimité.

Au terme du congrès, le Président du PDC Jura a dévoilé la stratégie de la section cantonale en vue du débat sur le changement de nom. Un sondage, des séances d’informations, un débat ainsi qu’un congrès de décision annoncé pour fin 2022 permettront aux membres du parti de se prononcer en toute connaissance de cause.

Pascal Eschmann
Président du PDC Jura

Gauthier Corbat
Secrétaire général du PDC Jura

Un OUI, un NON et un Comité directeur en partie renouvelé

Oui au mariage pour tous ; non à l’initiative 99 % et quatre nouveaux membres au Codir. Le PDC Jura a pris position le 3 septembre dernier sur les objets soumis en votation le 26 septembre 2021. Le plénum s’est décidé à une très large majorité en faveur de la modification du code civil suisse (Mariage pour tous).

L’assemblée s’est également prononcée contre l’initiative 99 %. Durant ce congrès, 4 nouvelles personnes ont été élues au Comité directeur. Le Codir a également informé de la procédure concernant le changement de nom.

Réunis en congrès vendredi dernier à Moutier, les membre du PDC-JDC Jura se sont prononcés à une très large majorité pour « le mariage pour tous ». Le texte constitue un pas historique vers plus d’égalité. Le mariage civil pour toutes et tous assure une meilleure protection des familles et de leurs enfants, qui est l’une des priorités de notre parti.

Concernant l’initiative trompeuse dite « 99 % », ses effets réels sont dissimulés derrière un texte trop vague et imprécis, aux conséquences arbitraires. La classe moyenne et les PME seraient injustement touchées alors qu’elles contribuent déjà largement à la redistribution des richesses dans notre pays. Dans le contexte pandémique actuel, une taxation de 150% sur les gains du capital à partir de 100’00 francs est particulièrement mal venue pour nos entreprises, qui ont déjà dû puiser dans leurs réserves afin de se maintenir à flots.

Lors de ce même congrès, quatre nouveaux membres ont été élus par applaudissements au Comité directeur. Il s’agit d’Anne Roy de Porrentruy, d’Eric Dobler de Bassecourt, de Laurent Steulet de Vicques et d’Alexis Pelletier des Breuleux. Quant au secrétaire général, démissionnaire, il reste en place jusqu’à l’élection de son successeur. Toutes les personnes qui désirent obtenir des informations sur le poste peuvent prendre contact avec Gauthier Corbat.


Enfin le Président du PDC-JDC Jura, Pascal Eschmann, a apporté des précisions sur le changement de nom du parti. Les fédérations de districts échangeront dans un premier temps avec leurs membres. Ils remonteront ensuite leurs positions respectives lors d’un prochain congrès. Une décision devra intervenir avant la fin de l’année. Pour l’heure, 22 sections cantonales en Suisse ont décidé d’adopter le nouveau nom « Le Centre ».

Pascal Eschmann
Président du PDC Jura

Gauthier Corbat
Secrétaire général du PDC Jura

Un nouveau président et des forces vives aux JDC Jura

Paul Choulat est le nouveau président des JDC Jura. Il succède à François Monin qui laisse sa place après 2 ans à la tête de la jeunesse démocrate-chrétienne. Le comité accueille également du sang neuf et est désormais composé de 11 membres. 

Réunis en assemblée à Corban, les membres des JDC Jura ont porté Paul Choulat, 26 ans, à leur présidence. Le jeune agriculteur de la Baroche reprend ainsi les reines du parti de jeunes.

Dans son message, le nouveau président élu par acclamations a
rappelé l’importance d’une politique du centre fort, permettant la prise de décisions pragmatiques et pérennes. La polarisation des extrêmes doit être combattue et les JDC Jura seront au front.

Les derniers mois de crise ont vu un regain d’intérêt des
jeunes pour la politique. L’augmentation des adhérents au sein des jeunes du centre suisse – la plus importante en pourcentage parmi les partis jeunes – est un marqueur des volontés sociétales de la jeunesse.

Lors de leur première assemblée de l’ère COVID, les JDC Jura ont également renouvelé leur comité qui se compose dès lors des personnes suivantes : 

P : Paul Choulat, La Baroche, V-P : Jessica Wiser, Boécourt, S : Sébastien Piquerez, Porrentruy, C : Evan Pineau, Porrentruy, C : Antony Pelletier, Moutier, M : Laura Frund, Vicques, M : Thibaut Gschwind, Courchavon, M : Isaure Juillard, Damvant, M : Laura Laissue, Porrentruy, M : Arnaud Juillard, Damvant, M: Théo Comte, Bassecourt

Le président sortant, François Monin, a dans son rapport rappelé les pierres
angulaires posées par et pour les JDC dans le Jura. Il a notamment exemplifié son propos par les excellents scores des jeunes de moins de 35 ans lors des élections cantonales de l’automne dernier.

La moyenne d’âge du nouveau groupe parlementaire PDC-JDC était passée de 57 à 45 ans, grâce notamment à l’élection de 5 jeunes députés. Cet état de fait dénotait d’une volonté de renouveau par l’électorat PDC-JDC dans notre canton.

Pour conclure leur AG, les JDC avaient l’honneur d’accueillir le maire de Moutier, Marcel Winistoerfer, et le président du Rauraque, Clément Piquerez. Ces derniers ont exposé l’engagement sans fin des jeunes dans la campagne pour le vote du 28 mars dernier.

A Moutier comme ailleurs, les décisions prises aujourd’hui le sont pour les générations futures. Ainsi, les jeunes générations doivent être actrices et non spectatrices du changement. 

Paul Choulat, président  des JDC-Jura
Jessica Wiser, vice-présidente des JDC-Jura

Votations du 13 juin : recommandations sur les objets

Deux initiatives agricoles qui vont trop loin mais trois textes de loi à
soutenir. Le Comité directeur transmet ses recommandations en vue des
votations du 13 juin prochain.

L’instance dirigeante du PDC considère que les buts des initiatives contre les
pesticides et en faveur de l’eau propre sont louables. L’agriculture suisse doit poursuivre ses efforts pour limiter et réduire l’utilisation des pesticides. Toutefois, ces deux initiatives ciblent de manière disproportionnée le monde paysan et ne
sont pas efficaces.

En revanche, la loi CO2 est clairement soutenue. Emblématique de la politique menée par le parti à Berne, le texte est un bon compromis entre les intérêts économiques du pays et la défense du climat. Il mêle, avec équilibre, incitations financières afin d’initier les changements nécessaires en matière de mobilité ou d’énergie et redistribution à la population de la taxe C02.

La loi Covid-19 est également plébiscitée par le Comité directeur du PDC. Le
projet soumis au peuple le 13 juin prolonge les aides financières pour les
personnes et les entreprises dans le besoin. La loi est aussi importante pour le secteur de la santé, notamment pour l’acquisition du matériel médical approprié.

Enfin, la loi relative aux mesures policières de lutte contre le terrorisme (loi MPT) contribue à combattre le terrorisme de manière décisive et précoce, tout en étant conforme au droit international.

Pascal Eschmann, Président du PDC-JDC Jura
Gauthier Corbat, Secrétaire général

Moutier est des nôtres

Le PDC-JDC Jura est heureux. La confirmation du vote prévôtois ouvre de nouvelles perspectives pour notre canton. Il s’agit désormais de préparer l’arrivée de Moutier dans les meilleures conditions.

Moutier ville jurassienne, pour le parti démocrate-chrétien, c’est d’abord avoir une pensée émue pour celles et ceux qui ont lutté pendant des décennies afin de ramener à la maison la cité, ses citoyennes et citoyens. Le résultat de dimanche dernier ne laisse pas de place au doute.

Le PDC-JDC Jura se réjouit particulièrement que les prochaines échéances soient abordées sereinement et que les énergies soient désormais tournées vers le retour de Moutier dans sa maison jurassienne.


Le PDC-JDC Jura s’investira activement pour que les nouveaux équilibres de notre canton se fassent au bénéfice de chaque district. L’arrivée de Moutier représente une occasion unique de repenser notre canton. La question jurassienne est un combat pour l’autonomie et l’indépendance d’une région.

En réalité, elle est aussi une incitation vigoureuse à la dynamisation de notre canton. Le parti démocrate-chrétien est convaincu que l’avenir avec Moutier ouvre des perspectives nouvelles et positives à l’espace jurassien et interjurassien.

Il s’agira demain de penser cet avenir ensemble et de manière inclusive. Le PDC-JDC Jura est particulièrement sensible à ce que les partisanes et partisans d’un maintien de Moutier dans le Canton de Berne se sentent pleinement intégrés aux discussions sur les modalités du transfert de Moutier, et demain au sein de la République et Canton du Jura.

Pascal Eschmann, Président du PDC-JDC Jura
Gauthier Corbat, Secrétaire général

Votations fédérales du 7 mars 2021

Réaffirmer l’importance que nous attachons à nos valeurs démocratiques. Intensifier le commerce avec l’Indonésie. Gagner en sécurité et simplifier les procédures d’identification en ligne. Le Comité directeur du PDC Jura recommande un triple « oui » en vue des votations du 7 mars prochain.

Les dirigeants du PDC Jura considèrent que le port du voile intégral ne respecte pas le principe ancré dans la constitution fédérale de l’égalité entre hommes et femmes.
En effet, il s’agit de nous rendre toutes et tous à visage découvert dans les lieux publics, ceci en toute transparence. En recommandant le OUI à l’initiative « A visage découvert », ils souhaitent faire appliquer nos valeurs démocratiques, constitutionnelles sur tout le territoire suisse et veiller également à la parfaite intégration des religions et des communautés présentes en Suisse.

Concernant l’accord de libre-échange entre la Suisse et l’Indonésie, le Comité directeur du PDC Jura soutient un texte avantageux pour les entreprises suisses. Le texte est particulièrement intéressant puisqu’il introduit de nouvelles exigences en matière de sécurité du droit pour le négoce de biens et services. Sur la question de l’huile de palme, son importation est strictement réglementée. L’accord pose de nouveaux jalons en matière de durabilité, conditionnalité inédite et prérequis pour
nos relations commerciales futures.

Le troisième texte soumis à votation le 7 mars prochain introduit une nouvelle loi sur les services d’identification électronique (e-ID). Cette base légale s’inscrit dans le contexte de la transition numérique. De plus en plus de privés, d’autorités, d’associations ou d’entreprises réalisent leurs démarches en ligne et ont besoin d’une identification infaillible sur Internet. Là aussi, le Comité directeur du PDC Jura recommande de voter « oui » à ses militantes et militants.

Pascal Eschmann, Président du PDC-JDC Jura

Gauthier Corbat, Secrétaire général du PDC Jura