Référendum contre le budget : la gauche ne fait pas confiance au peuple!

Référendum contre le budget : la gauche ne fait pas confiance au peuple!

Budget soumis au législatif sans volonté de discussion, avis juridique, recours devant la Cour constitutionnelle : dans cette campagne, rien n’aura été épargné aux référendaires et signataires d’un texte responsable et démocratiquement incontestable.

 

Tout aura été tenté pour empêcher la population de Delémont de s’exprimer ! Dès le début de sa campagne, le PDC a toujours mis l’accent sur la nécessité pour les citoyennes et les citoyens de valider ou non par les urnes la politique menée par la majorité, avec en toile de fond la création de 18.8 EPT au sein de l’administration. Une décision susceptible de grever durablement les finances de la capitale jurassienne.

Malgré le recours déposé par l’ancien conseiller de ville et ancien député CS-POP Christophe Schaffter, le PDC maintient son texte et son message : il exige un échelonnement de l’engagement de personnes dans le temps, avec un réexamen ponctuel des demandes en personnel, en tenant compte des besoins réels et de l’état des finances municipales.

Cette demande est appropriée au vu des dispositions actuelles et du fait que les postes ont été décidés. Le conseil communal n’a aucune obligation d’engager des personnes de façon précipitée. Cela équivaudrait à une gestion désastreuse de l’argent des contribuables, quand on songe aux différentes réformes, fiscales et autres, auxquelles Delémont, comme d’autres communes jurassiennes, devra faire face à court et moyen terme.

A maintes reprises, le PDC a rappelé l’impossibilité de contrer les postes votés par la majorité en organisant quelque 20 référendums différents, ceci afin d’éviter un résultat à la sortie des urnes totalement arbitraire. Par conséquent, seule une remise en question du budget, incluant cette dépense de CHF 2 millions, s’est avérée techniquement possible et adéquate.

Cette stratégie a été comprise par le peuple. Plus de 700 signatures ont été récoltées en à peine dix jours durant la période des fêtes. Ce succès en dit long sur la nécessité pour l’exécutif d’organiser ce référendum. A défaut, il risque de voir sa légitimité écornée pour la suite de la législature.

 

 François Monin, Coordinateur du comité référendaire 079/559.78.66                               

Christophe Girardin, Président de Section, 076/822.03.14

 

Une action politique et légitime!

Une action politique et légitime!

Le référendum contre le budget 2019 de la ville de Delémont est valide! L’avis juridique commandé par le Conseil communal juge LEGITIME d’accorder la possibilité aux citoyens de s’exprimer par la voie des urnes. La décision de l’exécutif de la ville de ne pas tenir compte du résultat du référendum en cas d’acceptation serait donc irresponsable.

 

Le référendum contre le budget n’était pas un choix mais une nécessité. La décision de la majorité de créer l’an dernier 18,8 postes n’a nullement pris en compte les avis opposés. Aucune des 8 interventions protocolées au PV du Conseil de ville et initiées par le PDC n’a trouvé d’écho auprès de la majorité. Combattre individuellement les postes aurait demandé d’organiser des récoltes de signatures pour plus de 20 référendums différents. Par conséquent, seule une remise en question du budget, incluant cette dépense de CHF 1,5 million, s’est avérée techniquement possible et adéquate.

Aujourd’hui, le Conseil communal poursuit sa politique irresponsable en ne tenant aucunement compte des presque 700 signatures récoltées. Il se sert de la forme pour éviter un débat de fond, en privilégiant des conclusions juridiques à un message d’ores et déjà clair adressé par des centaines de citoyens signataires.

 Selon le Conseil communal, l’avis juridique conclut à l’inutilité du référendum à venir. Il oublie que le message à la population du comité référendaire, soutenu par le PLR et l’UDC, contient des revendications concrètes sans remise en cause possible. Le comité référendaire estime en effet que les 5 propositions formulées dans son message à la population sont légitimées par ce même avis juridique:

 

  • Echelonner les augmentations prévisibles de charges sur plusieurs années et de manière progressive, afin d’éviter une augmentation d’impôts ;
  • Eviter de mettre à la charge de ses employés actuels de futures mesures d’économies structurelles ou conjoncturelles ;
  • Simuler l’impact de chaque poste créé (organisation, fonctionnement, synergie) ;
  • Permettre financièrement à la ville d’investir dans des projets porteurs et à même de faire rayonner le chef-lieu cantonal ;
  • Maintenir les subventions à long terme pour les associations et manifestations de la ville.

 

De plus, contrairement aux dires du Conseil communal, le délégué aux affaires communales a informé les autorités et le comité référendaire que « indépendamment du résultat du référendum, rien n’oblige le Conseil communal de pourvoir de suite à tous les postes décidés le 29 octobre 2018 » et que dans l’éventualité de son acceptation, « le Conseil communal pourrait accepter de prendre en compte l’expression de la volonté populaire en décidant de ne pas engager tout de suite l’intégralité des 18.8 EPT. Une telle décision, politique, ne violerait pas les décisions du Conseil de ville ».

Le PDC de Delémont abonde en ce sens et insiste sur le fait que le Conseil communal pourra reporter les engagements prévus, sans enfreindre les décisions du Conseil de Ville.

Le comité référendaire demande à présent que la majorité au Conseil communal cesse de fuir ses responsabilités, qu’elle organise un débat populaire serein et accepte que la population puisse exercer ses droits démocratiques. Il en va de la responsabilité des autorités.

Par ailleurs, la réforme de la fiscalité présentée par le Gouvernement jurassien démontre, si besoin est, que le PDC a raison de se soucier de l’état futur des finances communales et cantonales.

 

Christophe Girardin, Président de section, 076/822.03.14

François Monin, Coordinateur du comité référendaire, 079/559.78.66

Notre pétition en faveur de Moutier à l’attention du Conseil fédéral!

Notre pétition en faveur de Moutier à l’attention du Conseil fédéral!

Photo signée Jérémy Toma (copyright)

 

Très chères amies et amis de Moutier,

Vous trouverez ci-dessous la pétition populaire émanant de la résolution interpartis votée en décembre dernier par le Parlement jurassien.

Cette dernière a déjà a récolté ses premières signatures, or ce n’est pas suffisant, nous avons besoin de vous! Pour rappel, ce texte demande à ce que le Conseil fédéral s’engage résolument et de manière claire pour le respect du vote populaire de Moutier.

A vous de signer, à vous de jouer, “Go” Moutier!

Pétition à signer!

(à signer, imprimer, puis nous retourner)

Une charte et un NON clair

Une charte et un NON clair

Conformément à sa feuille de route, le PDC Jura a adopté sa charte des droits & devoirs. Son objectif : réunir ses membres derrière une même vision du parti et des engagements qu’il implique. Seul objet soumis en votation, l’initiative Contre le Mitage a été massivement rejetée.


Le congrès du PDC Jura s’est achevé lundi soir avec l’adoption d’une charte adoptée à l’unanimité. Les militant(e)s présent(e)s ont accepté les neuf points d’un texte destiné à rappeler aux mandataires, candidat(e)s et élu(e)s du PDC Jura, les règles qu’ils se doivent de respecter en toutes circonstances, et particulièrement en période électorale. A travers cette charte, le parti se porte également garant des droits de chacune et chacun. Le texte insiste aussi sur l’importance de faire primer les intérêts du parti sur ceux des membres qui le compose. Finalement, il explicite et parfois complète les statuts du parti cantonal.

Au chapitre de la votation fédérale soumise au vote le mois prochain, 44 personnes ont rejeté l’initiative des verts Contre le mitage, 2 s’y sont opposées et 1 seule s’est abstenue.

A noter encore que la pétition émanant de la résolution interpartis votée en décembre dernier par le Parlement jurassien a récolté ses premières signatures. Ce texte demande à ce que le Conseil fédéral s’engage résolument et de manière claire pour le respect du vote populaire de Moutier. Il sera prochainement mis en ligne et téléchargeable sur le site du PDC Jura. Les autres partis politiques jurassiens seront invités ces prochains jours à en faire de même.

 

Pascal Eschmann, Président du PDC Jura, 079/600.55.02
Gauthier Corbat, Secrétaire général du PDC Jura, 079/773.01.27

Un signal fort de la population

Un signal fort de la population

Les citoyens de Delémont se prononceront sur la création des 18.8 EPT au sein de l’administration communale. Le PDC a récolté plus de 700 signatures en seulement quelques jours. La balle est à présent dans le camp du Conseil communal qui se doit d’organiser un scrutin rapidement.

Un résultat net et sans appel. Mais au-delà des signatures, la récolte des inquiétudes de la population en dit long sur la nécessité de ce référendum. Si la création de ces postes dans l’administration pour un montant total d’1.5 millions de francs interpelle vivement, l’annonce de l’exécutif en pleine campagne de procéder malgré tout à la mise au concours des postes, tout comme celle du gel de certains subsides, ont largement servi la cause du PDC, épaulé dans son action par les partis du centre-droit et de la droite.

Les représentants du PDC déposeront les signatures à la chancellerie ce vendredi à 15h30. L’objectif du référendum est clair : amener l’exécutif à mettre en oeuvre une politique raisonnable et responsable en matière d’engagement du personnel. Il s’agit concrètement pour le PDC de privilégier quelques postes prioritaires. A ce titre, les démocrates-chrétiens rappellent que toutes les propositions faites en ce sens l’an dernier ont été rejetées par la majorité de gauche. Ce faisant, le référendum n’était pas un choix mais une nécessité.

De plus, et contrairement à ce qu’ont pu laisser entendre le Conseil communal ou d’autres responsables politiques, le PDC ne cherche pas à bloquer la ville. Encore moins à s’attaquer à ses dépenses et subventions. Bien au contraire, avec ce référendum, le PDC de Delémont s’engage à ce que la capitale jurassienne ne voit pas son développement freiné par une hypertrophie de son administration.

Il appartient désormais à l’exécutif d’organiser un vote le plus rapidement possible pour permettre à la ville de fonctionner normalement.

 

François Monin, Coordinateur du comité référendaire,079/559.78.66
Christophe Girardin, Président de section,  076/822.03.14

La démocratie du côté du PDC

La démocratie du côté du PDC

Le référendum contre le budget 2019 de la ville de Delémont est un droit fondamental de notre système politique. En représailles, l’annonce du Conseil communal de geler certaines subventions publiques est un chantage regrettable. L’exécutif prend en otage sa population, qui ne doit pas être dupe devant cette tentative de l’empêcher de s’exprimer.

La suspension des subsides annoncée par le Conseil communal au prétexte qu’un référendum conteste son budget est inadmissible. En parallèle à cette décision, ce même CC confirme la mise au concours de 18,8 postes pour un montant de 1,5 millions de francs. Une incohérence manifeste qui a tout du chantage. Cette attitude est de nature à discréditer l’exécutif de la ville. Sa communication de jeudi dernier pourrait également constituer une infraction à son devoir de réserve en regard de la jurisprudence récente du Tribunal fédéral. Le PDC étudiera la possibilité de faire recours contre cette ingérence dans la campagne référendaire. Surtout, le parti démocrate-chrétien tient à rappeler l’essentiel : au travers de ce référendum, il veut donner l’occasion aux citoyens de Delémont de s’exprimer sur une création de postes raisonnable, maîtrisée, responsable, et qui garantit aux contribuables une fiscalité supportable ces prochaines années.

En saucissonnant son projet en 27 arrêtés différents, le CC a rendu lui-même caduque toute possibilité de s’opposer directement à la création des nouveaux postes. Lors du Conseil de ville, toutes les modifications proposées ont été rejetées par la gauche, notamment la possibilité d’établir des priorités parmi les postes à créer. Ce faisant, le référendum contre le budget n’était pas un choix mais une nécessité. Une fois la récolte de signature achevée, il appartiendra à l’exécutif d’organiser un vote le plus rapidement possible afin d’éviter un blocage qu’il a lui-même provoqué.

Le contexte économique et fiscal exige des autorités communales qu’elles pratiquent une politique clairvoyante en matière de dépenses publiques. Le PDC de Delémont s’engage au travers de sa campagne référendaire à faire en sorte que la capitale jurassienne ne voie pas son développement freiné par une hypertrophie de son administration. L’Etat jurassien et ses communes cherchent actuellement des gains d’efficience pour garantir leurs prestations à la population. A Delémont, le budget 2019 s’inscrit en faux de cette volonté stratégique. C’est contre ce projet néfaste, et désormais également contre le chantage de son exécutif, que le PDC mènera sa campagne.

 

François Monin, Coordinateur du comité référendaire, 079/559.78.66    

Christophe Girardin, Président de section, 076/822.03.14

Elections 2018 à Moutier: Bilan positif pour le PDC!

Elections 2018 à Moutier: Bilan positif pour le PDC!

Il y a tout d’abord la magnifique réélection de Marcel Winistoerfer, soutenu par tous les partis de l’Entente jurassienne. Après les nombreuses attaques, souvent ignobles, qui ont visé Marcel Winistoerfer ces dernières semaines, la population de Moutier a clairement apporté son soutien à son Maire et lui a renouvelé sa confiance. Le taux de participation de plus de 75 % légitime totalement cette élection, ainsi que celle des autres organes politiques de la commune.

Au Conseil municipal, le PDC maintient les sièges de Claire-Lise Coste et Pascal Eschmann. Ce maintien est la marque de reconnaissance des Prévôtois pour l’excellent travail accompli par ces deux élus, qui ne ménagent pas leurs efforts pour mener à bien les projets qu’ils portent. Un bémol cependant puisque le PDC perd un siège au Conseil de Ville.

Déception toutefois amoindrie par le fait que L’Entente jurassienne renforce sa position au législatif de Moutier en gagnant un siège. Le PDC félicite et remercie tous ses candidats qui ont contribué à marquer cette journée d’une pierre blanche. Il souhaite enfin que la minorité de la population attachée à Berne, et les élus qui la représentent, prennent enfin conscience que l’avenir de Moutier est jurassien, et décident de contribuer, pour le bien de leur ville, à un transfert serein et rapide de celle-ci dans la République et Canton du Jura.

 

Laurent Coste, Président de campagne à Moutier, 079 402 11 64.

Une création de postes déraisonnable et préoccupante

Une création de postes déraisonnable et préoccupante

Un référendum contre l’irresponsabilité budgétaire. Les Conseillers de ville PDC s’opposeront lundi prochain au projet de budget du Conseil communal de Delémont soumis au vote, puis si nécessaire via référendum. Par ce biais, ils souhaitent dénoncer la création des 18,8 postes qui ne manqueront pas de grever les finances de la capitale jurassienne ces prochaines années. Un recours par les urnes est inévitable, malgré la segmentation du dossier voulue par la gauche.

 

Une décision critiquable sur le fond comme sur la forme. La section du PDC de Delémont réunie en assemblée générale jeudi soir a dit tout le mal qu’elle pensait du choix de la majorité de créer 18,8 postes à l’administration de la ville, sans modération ni discussion approfondie au sein des commissions du législatif. Les élus et militants du parti regrettent que toutes les modifications
proposées lors de la séance du conseil de ville aient été rejetées par la gauche, notamment la possibilité d’établir des priorités parmi les postes à créer. Ils estiment inévitable d’en passer par le peuple, qui doit pouvoir s’exprimer sur un dossier dont les charges financières pèseront lourd dans le budget communal.

Après confirmation auprès du Service des communes de la RCJU, il s’avère impossible de grouper l’ensemble des quelque 25 arrêtés qui ont mené à cette création de postes, chaque texte devant faire l’objet d’un référendum séparé. Ce cas de figure rend caduque toute possibilité d’organiser un vote intelligible et cohérent. Le PDC y voit une tactique visant à empêcher le peuple de s’exprimer. Par conséquent, le recours par le référendum contre le projet de budget 2019 constitue la seule voie possible pour s’opposer à cette hypertrophie de l’administration de la ville.

Le PDC juge essentiel de consulter la population de Delémont sur la politique irresponsable menée par la majorité. Le léger équilibre budgété pour le prochain exercice augure déjà avec cette création de postes irraisonnée une hausse d’impôts inévitable.

Parti de la responsabilité et principal artisan de l’embellie des dernières années, le PDC ne laissera pas Delémont retomber dans ses anciens travers.

François Monin
Coordinateur du Comité référendaire
079 559 78 66

Christophe Girardin
Président de la Section Delémont
076 822 03 14

Tous derrière Moutier!

Tous derrière Moutier!

Le PDC Jura sera massivement présent vendredi à Moutier pour la manifestation en soutien à la cité prévôtoise. Les militants ont appelé au respect de la volonté populaire et dénoncé la décision de la Préfète du Jura bernois. Au chapitre des votations fédérales, le parti a suivi les recommandations émises par le PDC Suisse.

 

De nombreuses interventions mais un seul message : tous derrière Moutier ! Le PDC Jura sera représenté en nombre vendredi lors de la marche organisée contre la décision de la Préfète d’invalider le scrutin du 18 juin 2017. L’ensemble des intervenants a dit son indignation et largement condamné une décision infondée. Les membres présents ont également salué le lancement d’une résolution interpartis ainsi qu’une pétition visant à exiger du Conseil fédéral qu’il s’implique beaucoup plus activement dans le dossier.

 

Les 3 objets soumis à votation le 25 novembre ont fait l’objet de présentations de la part du Conseiller national Jean-Paul Gschwind et de la Conseillère aux Etats Anne Seydoux. A l’unanimité (une abstention) l’initiative de l’UDC contre « les juges étrangers » a été refusée. Le texte en faveur des vaches à cornes a lui été rejeté par une très large majorité, alors que le référendum contre la surveillance des assurés a été accepté à 40 voix contre 12 refus et 6 abstentions.

 

Au terme du congrès, le comité directeur a annoncé l’ouverture d’une consultation concernant la future campagne pour les élections fédérales 2019 par le biais d’un questionnaire adressé aux membres du parti d’ici à la fin de l’année.

 

Pascal Eschmann, Président du PDC Jura, 079/600.55.02

Gauthier Corbat, Secrétaire général du PDC Jura, 079/773.01.27

Succession Doris Leuthard sans candidature jurassienne

Succession Doris Leuthard sans candidature jurassienne

Le PDC Jura ne présentera pas de candidat à la succession de Doris
Leuthard au Conseil fédéral, même si le parti jurassien reste convaincu
que le plus jeune canton suisse a toute légitimité à briguer un tel poste
dans les années à venir.

 

Le Comité directeur du PDC Jura n’a pas jugé le moment opportun pour revendiquer le siège de la Conseillère fédérale démissionnaire. Le sujet a été l’objet de plusieurs échanges et contacts au sein du parti ces dernières semaines. S’il est apparu évident que le Jura pouvait proposer des candidats crédibles et ambitionner d’être représenté pour la première fois de son histoire au Conseil fédéral, l’analyse politique de la situation a montré qu’une candidature romande possédait de très faibles chances d’aboutir. Ceci compte tenu de la représentativité actuelle du gouvernement fédéral.

Lorsque l’opportunité se représentera, le PDC Jura ne manquera pas de proposer une personnalité susceptible de briguer la magistrature suprême de notre pays pour y défendre les valeurs démocrates-chrétiennes au plus haut niveau de l’échiquier politique suisse.

 

 

Pascal Eschmann, Président du PDC Jura, 079/600.55.02

Gauthier Corbat, Secrétaire général du PDC Jura, 079/773.01.27