COVID-19 – Le message de François Monin, Président des JDC Jura

Chères sympathisantes, chers sympathisants,

8 semaines. Cette durée est celle qui nous sépare des annonces fortes du Conseil Fédéral déballées lors d’une conférence de presse qui fera date dans l’histoire helvétique. Jamais notre génération, celle de nos parents, ni même de nos grands-parents n’avaient vécu de tels chamboulements.

Nos libertés fondamentales ont été restreintes au sens physique du terme. Liberté de se déplacer. Liberté de se rencontrer. Liberté de débattre. Liberté d’exercer nos activités respectives. Autant de choix que nous faisions tous les jours et qui ont été mis à mal durant cette crise. A nous d’apprécier ses choix à leur juste valeur lorsqu’ils nous seront à nouveau partiellement autorisés. Rousseau ne disait-il pas d’ailleurs que « La liberté consiste moins à faire sa volonté qu’à ne pas être soumis à celle d’autrui. ».

Ce lundi marquera une étape importante vers le retour à la normalité, normalité tout du moins bien différente de celle que nous connaissions avant cette crise. A nous d’être patient, la situation devrait encore durer. Mettons de côté les épidémiologistes autoproclamés sur les réseaux sociaux, la pensée court-termiste, les provisions de masse centro-centrées, les fausses nouvelles et les théories du complot.

Séparés par 2 mètres ou plus, cette période nous a permis de nous recentrer sur l’essentiel. La solidarité émanant des nombreux projets réalisés me donne foi en notre humanité. Initiatives privées ou solutions étatiques, le Jura peut être fier des Femmes et des Hommes qui l’habitent. La prise de conscience de notre responsabilité individuelle face à nos proches, et face au reste de la société, dénote une sagesse que nous avions parfois tendance à délaisser.

Pragmatisme, ou plus communément débrouillardise, efficience, nous pourrions ajouter de nombreuses caractéristiques définissant le génie helvétique pour nous mener à bon port durant cette crise. Nos autorités ont joué là un rôle indéniable, délaissant parfois les clivages politiques à quelques grincheux, nostalgiques des grands tiraillements. La place donnée aux extrêmes dans les médias a été réduite. L’information est devenue plus factuelle.

La Suisse et le Jura ont avancé politiquement. Les mesures prises par le conseil fédéral n’ont été que peu remises en question par les parlementaires, si ce n’est une générosité supplémentaire envers les familles de ce pays.

Les décisions prises l’ont été au centre. Capables de majorité, la gestion de crise des instances gouvernantes a fait fi de la politique du symbole pour être efficace. Souvent quémandées mais trop peu réalisées, des solutions simples, centristes nous permettront lundi de repartir du bon pied. Cette crise laissera néanmoins des traces. Indéniable, il faudra demain panser les plaies des indépendants, des salariés et de toutes celles et ceux qui seront encore touchés par la période que nous vivons.

Cependant, aujourd’hui, 8 semaines plus tard, je suis rempli d’espoir. La politique se fait au centre. Responsables et solidaires, à nous de continuer sur cette lancée pour imposer notre vision, nos valeurs partagées par une majorité population. Vive le PDC. Vive les JDC. Vive le Jura.
 

François Monin, Président des JDC Jura