Entre dérive annoncée et acrobatie financière

Très préoccupant. Le budget 2020 des autorités municipales est conforme aux prévisions du PDC. Les montages réalisés pour dégager un résultat positif trompent la population sur l’état réel des finances de la ville. Le parti démocrate-chrétien ne soutient pas cette proposition.

Comment présenter un budget à l’équilibre alors qu’il est en réalité déficitaire à hauteur de 3,5 millions de francs ? La réponse donnée par nos autorités est simple : dissoudre toutes les provisions. Cet embellissement artificiel laisse le PDC songeur. Notre parti a lancé un référendum en début d’année afin d’attirer l’attention de la population sur les problèmes à venir. Nous avions anticipé ce qui est désormais devenu réalité et connu des autorités : l’impact de la RFFA, la répartition des tâches entre communes et canton ainsi que la création de 18 postes dans l’administration communale. Aujourd’hui, le constat est clair. Quatre mois après le rejet du référendum, Delémont est dans une situation financière très préoccupante.

Au cours de l’année 2019, le PDC a rappelé aux autorités les défis que représenteraient les charges précitées sur les finances publiques. Les Démocrates-chrétiens les ont enjointes d’échelonner l’engagement du personnel en fonction des prévisions financières. Il s’avère aujourd’hui que les anticipations des référendaires étaient correctes. Les chiffres publiés étaient même plus positifs que ceux annoncés cette semaine par la commune.

Aujourd’hui, pour ne pas perdre la face, l’exécutif delémontain a préféré puiser 3.3 millions (sur 3.5 millions) dans des réserves qui doivent servir à pallier les problèmes financiers lors de périodes de récessions. Avec ce budget 2020, et en un seul exercice, ces réserves sont quasiment dissoutes. Dans quels fonds iront puiser les autorités pour le budget 2021 ? Les illusions de cette fin d’année risquent bien de s’effondrer d’ici douze mois. A noter encore que certains frais de rénovations courantes sont maquillés en investissements afin d’éviter la publication d’une augmentation des charges. Cette politique de l’autruche est irresponsable. Les déficits structurels devront tôt ou tard être assainis et les charges transformées en dettes, remboursées par les générations futures.

Le PDC exige de l’exécutif qu’il prenne ses responsabilités afin d’inverser ces déficits structurels. Notre parti et la population de Delémont attendent de sa part du courage politique. Au moment du départ de Pierre Kohler en 2015, les autorités ont hérité de finances communales saines et redressées. Il aura fallu moins de 5 ans à la majorité de gauche pour retomber dans ses travers. Le budget 2020 doit être présenté de manière à être en adéquation avec la réalité des finances publiques.

François Monin, porte-parole du référendum, 079 559 78 66
Olivier Montavon, membre de la commission des finances, 078 716 93 70