Le mot de départ d’Anne Seydoux-Christe, notre élue fédérale.

Le mot de départ d’Anne Seydoux-Christe, notre élue fédérale.

Le PDC, essentiel à l’équilibre de la Suisse !

“Mon mandat au Conseil des Etats va se terminer à fin novembre 2019, après trois législatures pendant lesquelles la population jurassienne m’a honorée de sa confiance.

Membre de plusieurs commissions et de deux délégations, j’ai eu à cœur de défendre les valeurs du PDC au sein de celles-ci. La recherche de consensus permettant de parvenir à des solutions pragmatiques et constructives m’a toujours motivée. Je préside actuellement la Commission de gestion du Conseil des Etats et j’ai acquis une vision large des problématiques relatives à la gestion de la Confédération et de ses entreprises.

Au cours de ces douze années, j’ai également eu l’occasion d’observer de manière privilégiée l’évolution des forces politiques au sein des deux Chambres fédérales, et de renforcer ma conviction que le PDC joue et doit continuer à jouer un rôle essentiel dans la construction de compromis et la formation de majorités, dans l’intérêt de la Suisse et du bien-être de sa population.

En effet, la législature qui se termine a permis de constater que lorsque deux partis situés du même côté de l’échiquier politique détiennent une majorité, même ténue, dans une des deux Chambres fédérales (101 voix sur 200 au Conseil national pour l’UDC et le PLR, 1 MCG et 2 Lega), on aboutit à des blocages à répétition entre celles-ci, courant le risque de ne pas pouvoir procéder à des réformes pourtant essentielles pour l’avenir de notre pays.

C’est ainsi que d’importants dossiers n’ont pas avancé comme on aurait pu le souhaiter pendant cette législature 2015-2019 : accord institutionnel avec l’UE, réformes de la prévoyance vieillesse et de la prévoyance professionnelle, réformes dans le domaine de la santé, réforme de la répartition des tâches entre la Confédération et les cantons, où la solidarité à l’égard des cantons les plus défavorisés a marqué le pas.

C’est au Conseil des Etats, où le PDC constitue le groupe le plus important, charnière entre la droite et la gauche, que des compromis ont pu être réalisés. Je pense ici en particulier à la réforme fiscale des entreprises, liée à un meilleur financement de la prévoyance vieillesse.

Grâce à son positionnement libéral-social, véritable ADN de notre parti, qui le différencie de tout autre parti du centre droit, le PDC est bien le trait d’union qui permet de trouver des solutions favorables au plus grand nombre de nos concitoyennes et concitoyens.

La « vague verte » fait couler beaucoup d’encre, mais elle est au service d’une idéologie fortement marquée à gauche et qui, jusqu’à présent, ne s’est pas particulièrement illustrée par son sens de la mesure et du compromis…

La politique du PDC, fondée sur la conception chrétienne de l’homme, s’efforce de construire des ponts entre les fronts idéologiques et de mettre au point des solutions pragmatiques. C’est elle qui a contribué au succès suisse et c’est elle qu’il faut plébisciter en votant PDC le 20 octobre 2019 !”

Anne Seydoux-Christe,
Conseillère aux Etats