Le Débat de fond peut commencer

Le Débat de fond peut commencer

Le PDC salue la décision de la cour constitutionnelle. La population aura la possibilité d’exercer ses droits démocratiques et de se prononcer sur le budget 2019. Ce vote annoncé pour la fin juin mettra fin au blocage et retards provoqués par le recourant et la gauche. Le PDC se réjouit de la volte-face du CS-POP, qui, débouté dans sa tactique juridique, souhaite se racheter une image face à la population delémontaine en déposant une motion interpartis.


Ce ne sera pas un vote pour rien. Les autorités devront tenir compte du résultat sorti des urnes. La cour constitutionnelle est claire dans son arrêt et contredit frontalement les arguments du recourant. La population de Delémont est en droit de se prononcer sur le budget et le PDC s’en réjouit. Le 30 juin prochain mettra fin à des mois de blocage et retards inutilement orchestrés par M. Schaffter et une majorité de gauche. Le débat de fond peut enfin avoir lieu.
Depuis le début des débats, le PDC a mis le doigt sur l’impossibilité à moyen terme pour les finances de la ville de supporter les deux millions de charges de fonctionnement supplémentaires qu’implique la création de 18.6 nouveaux postes dans l’administration communale. Alors que le peuple suisse vient d’accepter le paquet RFFA, il est d’autant plus important d’agir avec prudence et responsabilité en matière de dépenses publiques. Les rentrées fiscales baisseront ces prochaines années et il est du devoir des autorités de tenir compte de ces prévisions dès à présent. Sans cela, les possibilités de développement de la ville seraient à terme remise en cause par cette augmentation massive des charges de fonctionnement.
Le PDC et les signataires tiennent à rappeler qu’ils n’ont jamais remis en cause les dépenses que le conseil communal a bloquées suite au référendum. L’esprit populiste qui plane sur le refus d’organiser le 1er août ou les courses d’école laisse le PDC songeur. Les élus démocrates-chrétiens exhortent dès lors le conseil communal et les partis responsables à cesser ces enfantillages et à réintégrer ces activités au budget. En ce sens, le PDC soutiendra lundi au conseil de ville une motion CS-POP qui vise la même chose, et cela même s’il n’est pas dupe devant la stratégie de rachat sous-jacente à ce texte. En signant cette motion venue du CS-POP, le PDC souhaite démontrer par les actes sa volonté de travailler pour sa ville et ses habitants.

  • François Monin, président du Comité référendaire, 079/559 78 66
  • Olivier Montavon, vice-président du Comité, 078/716 93 70
  • Christophe Girardin, président de section, 076/822 03 14