Une action politique et légitime!

Une action politique et légitime!

Le référendum contre le budget 2019 de la ville de Delémont est valide! L’avis juridique commandé par le Conseil communal juge LEGITIME d’accorder la possibilité aux citoyens de s’exprimer par la voie des urnes. La décision de l’exécutif de la ville de ne pas tenir compte du résultat du référendum en cas d’acceptation serait donc irresponsable.

 

Le référendum contre le budget n’était pas un choix mais une nécessité. La décision de la majorité de créer l’an dernier 18,8 postes n’a nullement pris en compte les avis opposés. Aucune des 8 interventions protocolées au PV du Conseil de ville et initiées par le PDC n’a trouvé d’écho auprès de la majorité. Combattre individuellement les postes aurait demandé d’organiser des récoltes de signatures pour plus de 20 référendums différents. Par conséquent, seule une remise en question du budget, incluant cette dépense de CHF 1,5 million, s’est avérée techniquement possible et adéquate.

Aujourd’hui, le Conseil communal poursuit sa politique irresponsable en ne tenant aucunement compte des presque 700 signatures récoltées. Il se sert de la forme pour éviter un débat de fond, en privilégiant des conclusions juridiques à un message d’ores et déjà clair adressé par des centaines de citoyens signataires.

 Selon le Conseil communal, l’avis juridique conclut à l’inutilité du référendum à venir. Il oublie que le message à la population du comité référendaire, soutenu par le PLR et l’UDC, contient des revendications concrètes sans remise en cause possible. Le comité référendaire estime en effet que les 5 propositions formulées dans son message à la population sont légitimées par ce même avis juridique:

 

  • Echelonner les augmentations prévisibles de charges sur plusieurs années et de manière progressive, afin d’éviter une augmentation d’impôts ;
  • Eviter de mettre à la charge de ses employés actuels de futures mesures d’économies structurelles ou conjoncturelles ;
  • Simuler l’impact de chaque poste créé (organisation, fonctionnement, synergie) ;
  • Permettre financièrement à la ville d’investir dans des projets porteurs et à même de faire rayonner le chef-lieu cantonal ;
  • Maintenir les subventions à long terme pour les associations et manifestations de la ville.

 

De plus, contrairement aux dires du Conseil communal, le délégué aux affaires communales a informé les autorités et le comité référendaire que « indépendamment du résultat du référendum, rien n’oblige le Conseil communal de pourvoir de suite à tous les postes décidés le 29 octobre 2018 » et que dans l’éventualité de son acceptation, « le Conseil communal pourrait accepter de prendre en compte l’expression de la volonté populaire en décidant de ne pas engager tout de suite l’intégralité des 18.8 EPT. Une telle décision, politique, ne violerait pas les décisions du Conseil de ville ».

Le PDC de Delémont abonde en ce sens et insiste sur le fait que le Conseil communal pourra reporter les engagements prévus, sans enfreindre les décisions du Conseil de Ville.

Le comité référendaire demande à présent que la majorité au Conseil communal cesse de fuir ses responsabilités, qu’elle organise un débat populaire serein et accepte que la population puisse exercer ses droits démocratiques. Il en va de la responsabilité des autorités.

Par ailleurs, la réforme de la fiscalité présentée par le Gouvernement jurassien démontre, si besoin est, que le PDC a raison de se soucier de l’état futur des finances communales et cantonales.

 

Christophe Girardin, Président de section, 076/822.03.14

François Monin, Coordinateur du comité référendaire, 079/559.78.66