A cet instant, c’est à NOUS tous que je pense

A cet instant, c’est à NOUS tous que je pense

Car nous sommes de retour. Par la force de ce NOUS, ce NOUS qui nous rend meilleur. Parce que davantage que la somme des JE qui le composent. Et parce qu’ensemble, nous ne sommes plus tout à fait nous-mêmes.

 

Ce que j’ambitionne pour nous – comme l’a dit le poète – c’est un Je qui un autre. Un Je qui est ailleurs. Qui aurait glissé sous ce NOUS solidaire et nous met au diapason d’une même vision ; d’un même avenir commun.

Mesdames et Messieurs merci d’être là. Merci d’être de ce NOUS, unis dans cette diversité qui nous fonde et fonde le PDC.

A la reconquête de ce NOUS, le Comité directeur s’emploie depuis quelques temps. Un Comité directeur en mesure de vous présenter les grands axes de sa feuille de route, que nous vous avions annoncée.

 

Celle-ci comprend plusieurs axes clés :

1) Proximité

– Remobilisation des fédérations de districts

– Présence dans les sections communales

– Dialogue avec la base

2) Visibilité

  • Communication digitale et papier
  • Section mobile et engagement des JDC
  • Profil et identité

3) Efficacité

  • Organisation et hiérarchie
  • Clarification des tâches
  • Droits et devoirs de nos élus et représentants

4) Responsabilité

  • Force de propositions
  • Débats et thèmes porteurs
  • Vision d’avenir

 

Vous l’aurez compris, les 3 premiers axes nous remobilisent.

 

Le 4e nous met en marche.

Concrètement où en sommes-nous.

Monsieur le Président, oui, je vous le confirme : faisons ce que Jean-Philippe Maître ambitionnait : une politique de l’extrême centre. Soyons fiers d’opposer à ceux qui polarisent ce qui peut réunir. C’est notre ADN. Soyons fiers de ce trait d’union qui vit.

 

A vous tous je le concède : dans un moment de simplification abêtissant où l’on ne cherche plus guère à convaincre par une pensée un tant soit peu complexe : notre projet est plus difficile à expliquer. Les sondages le montrent presque partout en Suisse. Béatrice ne me contredira pas. Mais pour autant ne vulgariserons pas ce qui ne doit pas l’être. Le PDC n’est pas un ventre mou qui vote une fois à gauche une fois à droite comme on l’entend souvent. Le PDC, c’est un projet de synthèse. Qui suivant Edgar Morin veut stimuler les contraires. Tisser des liens et faire émerger des idées par le frottement d’oppositions fécondes. Le PDC est ce NOUS en tension dont doit nécessairement émerger du consensus et des idées nouvelles. Il ambitionne d’être ce parti homogène dans toute son hétérogénéité. Jean-Philippe Maître insistait pour dire que nous sommes pour le dynamisme économique ET la responsabilité sociale. Nous sommes la seule formation qui assure la convergence entre ces deux pôles. Nous devons par tous les moyens valoriser cette ouverture-là. Elle est vitale pour notre canton et bien au-delà.

Le recentrage de notre parti doit lui redonner la force d’être ce laboratoire d’idées pour dessiner le futur de notre canton.

Nous voulons mener avec vous cette réflexion sur le profil du PDC Jura.

Si nous savons qui nous sommes, nous saurons quoi faire. Il y a beaucoup à faire.

Aménagement du territoire, infrastructures, transports, environnement ou sécurité : beaucoup de nos politiques publiques méritent d’être mieux coordonnées entre les communes. Le PDC Jura réfléchit à revitaliser l’entité « district ». Il est révélateur pour prendre l’exemple de l’Ajoie que Syndicat intercommunal du district de Porrentruy doive se retrouver aussi fréquemment pour toutes sortes de thèmes régionaux. S’ajoute à ce constat d’une restructuration du pouvoir politique, une dépolitisation galopante de nos petites communes et une complexification des enjeux comme des tâches astreignantes soumises aux communes, qui – il faut oser le dire – décourage et rebute. Le PDC souhaite discuter d’une revitalisation des districts en tant qu’entité politique. Par là-même, la politique partisane retrouverait également une certaine vitalité. Et qui dit politique partisane dit débats d’idées et nouvelles propositions.

Nous voulons mener avec vous cette réflexion sur une revitalisation de districts.

Si nous savons comment nous organiser, nous saurons comment nous projeter.

Le PDC a toujours été le fer de lance de la question jurassienne de Boncourt à La Neuveville. L’arrivée de Moutier (10% de la population de la RCJU) ne représente pas la simple absorption d’un appendice géographique. Elle est un moment historique et clé pour notre canton. Le PDC doit débattre de la future organisation étatique du canton du Jura, mais aussi réfléchir à l’identité jurassienne, fortement marquée jusqu’ici par l’objectif de la réunification. L’accueil de Moutier devrait être l’occasion de repenser le canton, ses nouveaux équilibres géographiques, politiques et économiques. C’est l’occasion de prendre un nouveau départ et de penser une nouvelle ouverture, en intégrant les voeux, les espoirs et les interrogations de la population jurassienne. Le PDC doit rester le fer de lance de ce nouveau Jura. Il doit compter sur ses élus et sur nous tous.

Nous voulons mener avec vous cette réflexion sur l’avenir du Canton du Jura.

L’essentiel de ce que j’ai présenté ici ce soir sera mis en ligne ces prochaines jours sur les réseaux sociaux et publier sur notre nouveau site internet. Vous êtes invités à télécharger le document de synthèse et à vous exprimer sur nos réflexions en cours.

Vos avis sont importants. Ils sont même essentiels.

 

Mesdames et Messieurs,

Nous comptons sur ce NOUS pour aller de l’avant. Redonner un souffle au PDC ; le rendre plus proche de nous avec un profil clair. Une ligne claire. Nous saurons alors à qui et à quoi nous fier pour penser l’avenir de ce parti et de ce canton que nous aimons tant.

Je nous remercie tous de nos efforts et tout particulièrement ce soir notre nouveau Président. Il est déjà le signe de ce nouveau PDC dans ses nouvelles frontières.

 

Vive le PDC Jura.

 

Gauthier Corbat, Secrétaire général du PDC Jura

Discours prononcé à l’occasion du Congrès du PDC Jura le 14 juin 2018